×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Salon du Bourget: Comme si vous y étiez

Par L'Economiste | Edition N°:4551 Le 19/06/2015 | Partager
Des commandes et surtout de l’innovation
Le Maroc présent en force

Après les professionnels, c’est au tour du public de visiter du vendredi au dimanche le salon aéronautique du Bourget

Le salon international de l'aéronautique et de l'espace se déroule du 15 au 21 juin au parc des expositions du Bourget. Plus de 315.000 visiteurs y sont attendus.  Cette 51e édition connaît aussi la participation de plus de 2.200 entreprises et acteurs institutionnels de l'industrie aéronautique et du transport aérien venant de 47 pays dont le Maroc

ouvert depuis le 15 juin dernier. L’ouverture au public sera consacrée au thème de l’environnement, à quelques mois de la conférence sur le climat COP21 à Paris.
L’enjeu est tel que l'industrie aéronautique est lancée dans une course à l'innovation pour réduire la consommation des nouveaux avions de ligne, en attendant l'envol des biocarburants. Les constructeurs aéronautiques planchent sur des solutions plus vertes, comme des moteurs électriques pour le roulage au sol ou les biocarburants et vantent de nouveaux modèles à venir remotorisés et plus économes, comme le Boeing 737 MAX et l'Airbus A320 neo.
Le divertissement à bord des avions aura été une nouveauté du salon.
La nouvelle génération d'écrans de loisirs dans les avions saura détecter quand vous tomberez de sommeil et de nouvelles applications permettront de synchroniser smartphones et tablettes avec le système de divertissement à bord. Un marché que se partageraient les grands acteurs du secteur: le japonais Panasonic, les français Thales et Zodiac Aerospace.
Les technologies innovantes ne manquent pas. C’est le cas des robots douaniers capables de contrôler les passeports ou d'identifier des criminels. Pour remplacer les guichets d'enregistrement et accélérer la circulation dans les aéroports, le groupe d'électronique français Thales propose un appareil qui non seulement, scanne le passeport et imprime la carte d'embarquement, mais enregistre aussi par reconnaissance biométrique le visage et l'iris du passager. Le système peut ensuite partager ces informations avec les autres ordinateurs de l'aéroport. A un autre stand, Safran attirait l'attention avec un système d'analyse des millions de données emmagasinées sur les passagers.
Aux premiers jours du salon, les commandes ont atteint des sommets.
Pour Airbus, les commandes fermes, se montent à 16 milliards de dollars, légèrement moins que Boeing (16,7 milliards). Chez les autres avionneurs, l'européen ATR a aussi poursuivi sa moisson avec 2,3 milliards de commandes fermes. Devant une compétition rude entre avionneurs, s’affiche celle de la maintenance, réparation et révision des appareils en service.
Le Maroc était représenté en force par plusieurs entreprises au salon du Bourget. Du côté des officiels, étaient présents, le ministre délégué chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif et Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Economie numérique. Outre la coopération, c’est sur le volet de la formation des compétences et  de développement des services de maintenance que l’accent a été mis.
Actuellement, le Maroc compte plus d'une centaine d'entreprises dans le secteur aéronautique employant plus de

La RAM a reçu le label 4 étoiles par Skytrax, organisme réputé à l'échelle mondiale pour ses audits et évaluations du niveau des services dans différents métiers de l'aviation. Le prix a été remis au président Driss Benhima par Edward Plaisted.

10.000 personnes. Aussi, la destination a vu cette année l’arrivée de nouveaux entrants  (voir page 8).
Il y a aussi des majors de la sous-traitance aéronautique comme l’américain Alcoa Fastening Systems, filiale du groupe éponyme spécialiste dans la fabrication de fixations aéronautiques et automobiles. L’industriel a finalisé avec MedZ et le Gimas, il y a quelques semaines, un contrat d’implantation et d’acquisition de terrain sur le site de Micd Parc. Coût du projet: 4 millions d’euros pour la première phase. Un peu plus tôt dans l’année, c’est Setalia Aerospace, la filiale d’Airbus spécialisée dans les aérostructures et équipements de fuselage, qui mettait en production son unité industrielle de 40 millions d’euros. Ce géant est né de la fusion de Aerolia et Sogerma. Des extensions sont aussi en cours chez Safran, SERMP, Matis Aerospace, Cetim, Asteema et Casa Aero. (cf. notre édition N° 4548 du 16/06/2015).

 

Fatim-Zahra TOHRY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc