×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Actu/Networking actif à l’international

Par L'Economiste | Edition N°:4548 Le 16/06/2015 | Partager
73 partenariats sur quatre continents
Le Portugal et les pays baltes, dernières destinations convoitées

Thami Ghorfi, président de l’Esca: «Les étudiants qui viennent chez nous de l’international nous offrent des networks de futurs managers»

- L’Economiste: Vous êtes très actifs à l’international. Pourquoi ce choix?
- Thami Ghorfi:
Pour nous c’est extrêmement important. Vous savez, Esca Ecole de Management est un single campus au cœur de Casablanca, c’est un choix. Nous y mettons toutes nos ressources, nous ne voulons pas nous éparpiller. Pour nous différencier, nous n’avons d’autre option que de développer cette internationalisation. C’est ce que nous faisons depuis quinze ans. Au moment où je vous parle, nous avons des étudiants aux quatre coins du monde, qui reviendront avec des CV enrichis. Ceux qui viennent chez nous de l’international, des Sud-coréens, Singapouriens, Canadiens, Allemands, … découvrent les opportunités de développement au Maroc. Cela nous offre des networks de futurs managers.
- A combien de partenariats en êtes-vous actuellement?
-  Nous comptons à ce jour 73 partenariats sur quatre continents. Les deux derniers que nous avons signés sont avec Nova School of Business and Economics, une école portugaise reconnue à l’échelle mondiale, et l’école de management de Riga en Lettonie, RISEBA (Riga International School of Economics and Business Administration). Elle se trouve au cœur des pays baltes, une région en pleine transition. Cette dynamique de transition peut nous permettre de trouver des similitudes sur comment accompagner la performance des entreprises. Ces pays sont, de leur côté, intéressés par la compréhension des enjeux de notre région. Pour eux, utiliser l’Esca et Casablanca comme gateway pour la région Mena et l’Afrique est une excellente opportunité. A travers nos partenariats, nous recevons des étudiants toute l’année sur notre campus. Il y a trois semaines, nous avons reçu 55 Executive MBA de Stern School Of Business de l’université de New York, avec une majorité de CEO d’entreprises opérant dans la bourse, la finance et le trading à New York. Nous avons également reçu la même semaine une vingtaine d’étudiants undergraduate de Georgia State University, GSU. En novembre, nous avions reçu une promotion d’une trentaine d’étudiants de MBA de Stern. Pour nous, c’est la meilleure reconnaissance. Mais cela signifie que nous devons disposer d’intervenants de qualité.
- Il est malheureusement difficile d’en trouver sur le marché…  
- Dans le monde entier il existe une course aux talents, à des compétences capables de procéder à de la recherche en gestion, d’enseigner en plusieurs langues, de comprendre les spécificités des différents modèles, … Au Maroc, nous disposons de quelques-unes. Pour notre part, nous recrutons sur le marché international. Nous comptons plusieurs nationalités (Ivoiriens, Français, Canadiens,…). Cela dit, le plus dur ce n’est pas de les attirer, mais de les fidéliser, de leur offrir un espace dans lequel ils peuvent se réaliser et s’épanouir.
Propos recueillis par Ahlam NAZIH

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc