×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Musiques sacrées
Fès se pare aux couleurs du festival

Par L'Economiste | Edition N°:4525 Le 14/05/2015 | Partager
L’Afrique au rendez-vous du 22 au 30 mai
Mali, Sénégal, Mauritanie… 25 pays y participent

Dernière ligne droite pour la préparation du festival de Fès des Musiques sacrées du monde. Affiches, scènes, patrouilles de sécurité... Fès change de visage pour abriter les milliers de visiteurs des 4 coins du monde. L’événement qui célèbre cette année l’Afrique aura lieu du 22 au 30 mai
 

DERNIERE ligne droite pour les préparatifs du festival de Fès des Musiques sacrées du monde. A neuf jours de l’ouverture de l’évènement phare du calendrier culturel de la capitale spirituelle, prévu du 22 au 30 mai, les organisateurs mettent les bouchées doubles pour réussir ce 21e anniversaire.
A Fès, les sites du festival sont en cours d’aménagement, principalement la place de Bab Makina qui devrait accueillir plus de 5.000 places assises ou encore les maisons patrimoniales où se déroulent les soirées des confréries soufies. Les équipes du festival mettent en oeuvre également la scène du musée Batha pour le «Forum de Fès: une âme pour la mondialisation».  Le tout est mené par la nouvelle équipe d’Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès, initiatrice des Musiques sacrées. Pour ce dernier, «ce festival est  avant tout un événement au service du développement de la ville et de sa population. Sa réussite dépend des acteurs de Fès ainsi que de la capacité des habitants à participer à son succès et à son rayonnement». Lors d’un point de presse, tenu lundi à Fès, Zouitene a exprimé «son ambition de  faire de Fès une destination à part entière grâce aux événements culturels, à l’instar de Séville, Cordoue ou Florence». Pour y arriver, le patron de l’ONMT affirme que «le festival de Fès des Musiques sacrées du monde est promu partout dans les 80 foires et salons auxquels participe l’Office». D’ailleurs, l’engouement de la presse internationale pour le couvrir n’est pas fortuit. En effet, plus de 150 journalistes étrangers (télévisions internationales, radios, presse écrite…) ont confirmé leur participation à cette 21e édition. «Il y aura des émissions (françaises, chinoises, américaines et anglaises), des tournages et transmissions directes tout au long des 9 jours que dure l’événement», souligne Zouitene. Pour lui, cette ouverture sur la presse internationale sera d’un grand apport pour la promotion de Fès dans les quatre coins du monde.  A noter que le groupe Eco-Médias, éditeur des quotidiens L’Economiste et Assabah et propriétaire d’Atlantic Radio, est aussi partenaire de cet événement.
Côté organisation, une commission regroupant tous les services (sécurité, santé, tourisme, protection civile, culture, Ader, CRT, ONMT…) est mise en place par la wilaya afin de répondre aux demandes techniques et logistiques des sites du festival. Et ce, à commencer par Bab Makina qui s’est dotée, et pour la première fois, de 3 portes de secours donnant directement au parking. Par ailleurs, les autorités de la ville mènent également une grande opération d’embellissement des artères. Outre le désherbage des bas-côtés, il est procédé également à l’entretien de l’éclairage public, la réfection des places publiques et des espaces verts (plantes, palmiers, et fleurs), au curage des cours d’eau et à la rectification des routes. Bref, la ville a pris les couleurs du festival et des grands panneaux (4X3) annonçant l’événement sont dressés un peu partout sur les principales artères. Outre la promotion au niveau local, le but de ces affiches publicitaires est de sensibiliser la population à l’importance de ce festival. D’autant plus qu’il est tenu, cette année, sous la thématique «Fès au miroir de l’Afrique». Le souhait de ses organisateurs est de repositionner la ville au centre de l’Afrique. Il s’agira aussi de mettre en avant le rôle de la diplomatie culturelle. A ce titre, le programme de cette 21e édition prolongera la création d’ouverture «Fès à la quête de l’Afrique» à travers différentes expressions musicales et chants africains incarnés par des stars venant de plus de 25 pays. Il s’agira, entre autres, de Ballaké Sissoko, grand chanteur du reggae et l'ensemble de kora de Bamako-Mali, les Masques de la lune du Burkina Faso, les Enfants de Doudou N'diaye Rose, Coumbane Mint Amartichitt, l'art des griottes de Mauritanie, et Malick Sow, maître tijani de Tivouane du Sénégal. Au menu figurent également les Temptations et Dennis Edward, maîtres légendaires du rythme and blues des Etats Unis, Saber Robaï, Hessin El Jasmi, Oumou Sangaré, la grande diva du Mali, Tiken Jah Fakoly de Côte d'Ivoire. Du Maroc, le festival invite quelque 80 artistes dont Haj Mohamed Bajeddoub et Marouane Hajji. Enfin, s’agissant du forum, Zouitene annonce la participation d’au moins 100 étudiants de l’université de Fès, l’université Euromed, et l’institut HEM. «Ces jeunes sont appelés à réaliser des mémoires de fin d’études sur les débats et réflexions du musée Batha», conclut le président de l’Esprit de Fès.

Promotion

La 22e édition du festival de Fès des Musiques sacrées du monde sera fortement présentée à l'international particulièrement aux Etats-Unis, en Allemagne et en Scandinavie afin de booster la destination Fès à l'échelle internationale, affirme Zouitene. Selon lui, «outre les présentations habituelles organisées au Sénat français, à Londres et à Barcelone, le festival sera exposé à Washington ou New York, mais aussi à Berlin et en Chine». Pour rappel, le festival des «Musiques sacrées du monde», composé de concerts et spectacles de musiques du monde, réunit chaque année plus de 70.000 spectateurs, et crée une véritable économie au niveau de Fès.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc