×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Campagne agricole
Le CAM mobilise 5 milliards de DH additionnels

Par L'Economiste | Edition N°:4525 Le 14/05/2015 | Partager
40% seront affectés à la collecte du blé tendre
Engagement pour soutenir la valorisation et le commerce

A récolte record, financement record. L’engagement de financer

Les prévisions des récoltes pour le blé tendre sont exceptionnelles: il est attendu au moins 30 millions de quintaux. D’où le redimensionnement du financement par le CRédit Agricole du Maroc

la collecte du blé tendre a été pris par le président du directoire du groupe Crédit Agricole du Maroc, Tarik Sijilmassi. L’annonce a été faite hier mercredi à Rabat aux professionnels, sous le «parrainage» du ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch, garant de sa mise en œuvre. «C’est une première au Maroc», fait remarquer le président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural, Ahmed Ouayach. En effet, jamais une pareille initiative n’a été prise par le passé et juste à la veille du démarrage de la campagne de collecte du blé tendre qui s’annonce exceptionnelle cette année. Sur la production record de 110 millions de quintaux de céréales, le blé tendre représente la moitié. «C’est dire que le volume à collecter devrait au moins s’établir à 30 millions de quintaux», anticipe un opérateur. Or, pour sauvegarder les intérêts des agriculteurs, notamment les petits, il faut assurer les bonnes conditions du déroulement de la campagne de la collecte. A cet effet, la banque verte s’engage à mobiliser une enveloppe supplémentaire de 5 milliards de DH. Un montant qui s’ajoute aux 25 milliards de DH inscrits dans le deuxième contrat programme de la banque verte avec le gouvernement. Sur les 5 milliards de DH, 2 iront à la collecte du blé tendre et autant à la transformation de produits agricoles. Le reste pour soutenir la modernisation du secteur agricole via l’acquisition du machinisme agricole, l’irrigation économe d’eau et l’amélioration des techniques culturales. Une démarche que soutient le président de Comader. Il propose toutefois, d’organiser des rencontres de proximité avec les agriculteurs pour les informer du détail des mesures.
Un autre volet qui n’est pas chiffré concerne l’aval agricole. Pour Sijilmassi, il est impératif d’accompagner la nouvelle orientation ciblant la valorisation et le commerce des produits agricoles. A cet effet, il a lancé un message aux professionnels, fort présents lors de la journée, pour qu’ils saisissent les opportunités offertes par le secteur agro-industriel. Avec à la clé la mise à contribution des experts de la banque.

Sur les 25 milliards de DH, le Crédit Agricole du Maroc a déjà engagé 8 milliards entre le 1er janvier 2014 et le 31mars 2015. La répartition par filières, montre la prédominance  des fruits et légumes et de la céréaliculture. Elles s’accaparent respectivement 35 et 31% de l’enveloppe. Le lait et les viandes (rouges et blanches)  ont bénéficié de 20% des financements. Des crédits qui s’ajoutent aux réalisations arrêtées à fin 2013

Ce qui cadre avec les nouvelles orientations de la tutelle. Pour Aziz Akhannouch, «trois batailles ont été identifiées pour le premier pilier de la stratégie agricole. Il s’agit d’amorcer le virage vers les filières à forte valeur ajoutée, de doubler les investissements orientés valorisation et distribution et de renforcer le tissu des entreprises agroalimentaires». D’autant plus que les résultats à mi-parcours du Plan Maroc Vert sont prometteurs.  Depuis 2008, l’agriculture a réussi à surperformer le reste de l’économie, avec un taux de croissance annuel moyen du PIB agricole de 7,6%.
Cette performance est le résultat des investissements publics et privés, lesquels ont progressé de 1,7 fois entre 2008 et 2014, pour  totaliser  87 milliards de DH. «Des acquis qui  incitent à la poursuite de cette dynamique vertueuse pour maintenir le cap stratégique du Plan Maroc Vert. D’où l’engagement du ministère à «garder immuables les fondements de la stratégie, tout en tirant les enseignements nécessaires de la première phase de déploiement pour franchir un nouveau palier de développement».
L’objectif est de doubler la valeur ajoutée agricole à l’échéance 2020, pour atteindre  environ 150 milliards de DH. La structure de la valeur ajoutée agricole devra être marquée par une plus forte contribution des filières à haute valeur ajoutée, ce qui implique des investissements supplémentaires dans les filières, évalués à 65 milliards de dirhams. «En conséquence, la mise en place par le Crédit Agricole du Maroc des crédits additionnels de 5 milliards de DH pour accompagner la présente campagne s’inscrit parfaitement dans les axes prioritaires fixés pour cette nouvelle phase de déploiement du Plan Maroc Vert», se félicite Akhannouch.
A.G.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc