×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Competences & rh

Stratégie
Université
Les modules transversaux, des ponts pour l’emploi

Par L'Economiste | Edition N°:4484 Le 17/03/2015 | Partager
Renforcement linguistique, rédactionnel et l’amélioration des compétences
Cela permet aux étudiants de se perfectionner et de mieux gérer leur cursus
Et aux diplômés dépassés de relever de nouveaux challenges

Les modules transversaux permettent à des générations d’étudiants qui ne maîtrisent pas les langues de perfectionner leur communication à l’oral et à l’écrit. Certains pour pouvoir améliorer la profitabilité de leurs études, d’autres pour changer de compétences et trouver une meilleure issue sur le marché du travail
 

Les modules transversaux en enseignement supérieur font partie des nouveaux dispositifs mis à la disposition des étudiants universitaires pour les aider à améliorer leurs chances d’employabilité en renforçant leurs capacités communicatives, rédactionnelles et entrepreneuriales. Une formation pour doter les lauréats universitaires d’un savoir pratique pour qu’ils puissent consolider leurs chances d’employabilité et de leadershiping. Dans les écoles des ingénieurs, par exemple, 60% des formations sont techniques et 40 % sont des formations transversales en rapport avec la communication, les langues, la gestion, la comptabilité, le marketing et le droit. De plus, un module transversal assure à l’étudiant un complément de diplôme (des certifications). Ces formations sont de plus en plus conçues en termes de profils et non de métiers. «Nous avons formé des profils pour des corps de métiers mais qui n’ont pas vu le jour. Cela est le cas pour l’offshoring et le tourisme dans l’Oriental mais qui n’ont pas absorbé le nombre des étudiants formés», confie à l’Économiste un doyen de faculté sous couvert d’anonymat. Par contre, les étudiants formés sur la base de compétences peuvent facilement s’adapter à d’autres métiers. Leurs connaissances générales leur permettent d’être à jour et de pouvoir s’autonomiser. Il leur sera ainsi facile de se reconvertir dans un autre métier et de tenter de nouveaux challenges. Le statisme dans un profil donné est réducteur pour un universitaire», ajoute notre interlocuteur.
Pour permettre aux étudiants marocains d’avoir des profils convoités par les secteurs productifs, une commission nationale des modules transversaux a été constituée. Elle est présidée par Mohamed Boumadienne Tanouti, président de l’Université Chouaïb Doukkali avec une représentativité de toutes les universités. Six mois ont été nécessaires pour réviser les contenus avec une logique de réflexion par compétences linguistiques à développer: renforcement linguistiques, remédiation, les rédactions technique et scientifique.
C’est ce que fait l’UMP d’Oujda qui a réparti ses formations dans son centre universitaire de langue par niveau et sur des objectifs universitaires communs. Il s’agit de la mise en place d’un nouveau dispositif pour accompagner ceux qui désirent perfectionner leurs performances, une fois diplômés. En parallèle, il permet aux étudiants qui manifestent des déficiences en matière de langue et de communication de se perfectionner pour réussir leurs cursus universitaires. Ces formations sont interfacultaires et sont programmées au cours des deux premiers semestres de l’enseignement supérieur.


Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc