×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Terry Fox: Une course au profit de l’avenir

    Par L'Economiste | Edition N°:4462 Le 13/02/2015 | Partager

    Sandra Mc Cardell, ambassadeur du Canada au Maroc

    La course du Canadien Terry Fox, connue à travers le monde pour lever des fonds destinés à la recherche scientifique sur le cancer, réinvestira la ville de Rabat ce 15 février  pour une 4e édition. Une initiative citoyenne, mais aussi un moment de fête, Sandra Mc Cardell, ambassadeur du Canada, appelle à une participation massive.

    - L’Economiste: Quelle a été la genèse de la course Terry Fox?
    - Sandra Mc Cardell:
    La course Terry Fox au Maroc en est à sa 4e édition. Elle aide à lever des fonds pour la lutte contre le cancer. Terry Fox est un héros canadien, c’est un jeune qui a été atteint d’un cancer à l’âge de 18 ans et qui a perdu sa jambe droite. Suite à cela, il a voulu lever des fonds pour trouver une solution définitive à cette maladie. Son ambition était de traverser le pays dans son ensemble, de la côte atlantique à la côte pacifique, ce qui représente un sacré challenge. Il a commencé à courir en faisant un marathon chaque jour, qu’il appelait «le marathon de l’espoir» malgré sa jambe amputée, ce qui lui a fait subir une énorme souffrance physique. Malheureusement, quelques mois plus tard, il découvre qu’il est à nouveau atteint d’un cancer, et décède peu après. Son dévouement à la cause et sa souffrance personnelle ont laissé une forte image aux Canadiens. Nous avons repris son nom au Canada et nous avons développé des courses annuelles dans toutes les villes du pays pour lever des fonds pour la lutte contre le cancer.

    - Pourquoi avez-vous choisi cette course en particulier au Maroc?
    - Venant au Maroc, nous avons voulu, en tant qu’ambassade, faire une activité où l’on pourra être solidaire avec les Marocains aussi. Nous avons choisi cette personne et cette course parce que, pour nous, c’est quelqu’un d’important. Nous avons voulu contribuer avec le milieu associatif marocain qui est extrêmement développé. Nous avons monté un partenariat avec la Fondation l’Avenir, et la Fondation de Nezha Bidouane, Femmes, Réalisations et Valeurs. Sous l’égide de la Fondation Lalla Salma, nous avons pu monter ce projet l’an passé que l’on reprend cette année.  Au-delà de lever des fonds, il s’agit d’une promotion de la cause du cancer. Il s'agit aussi de promouvoir auprès des jeunes une vie active afin qu’ils prennent en charge leur santé dès leur jeune âge. Nous encourageons la participation des familles. C’est une course de 5 km, le but est de participer.

    - La course a été organisée pour la première fois au Maroc en 2002. Pourquoi y a-t-il eu une pause après 2 éditions?
    - La fondation Terry Fox au Canada est devenue très exigeante sur l’organisation des courses pour des questions d’assurance, entre autres, de ce fait, plusieurs ambassades ont délaissé la course à ce moment.  L’an dernier, nous étions déterminés à travailler sur le format avec plus de flexibilité de la part de la fondation, ce qui a permis de relancer ce projet. Il s’agissait de la première course depuis longtemps, elle a compté 2.000 participants entre coureurs et  marcheurs. Nous sommes convaincus que nous allons dépasser ce nombre cette année.
    Propos recueillis par
    Aïda BOUAZZA

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc