×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Idées/Adoptez le management éthique!

    Par L'Economiste | Edition N°:4431 Le 30/12/2014 | Partager
    Définition des valeurs et déclinaison en code d’éthique
    Communication et sensibilisation du personnel
    Un moyen d’améliorer le cadre de travail et de minimiser les coûts

    Le management éthique est essentiel en entreprise. Un manager éthique se doit d’exercer un fort leadership et de donner l’exemple en adoptant les valeurs et comportements d’une pratique managériale de qualité comme la prudence, le respect ou encore la modération

    Prendre en considération la dimension humaine dans la manière de gérer une entreprise contribue directement à son succès. Les collaborateurs n’étant pas de simples agents économiques, répondre aux objectifs financiers de l’organisation tout en honorant les valeurs de respect de la personne est non seulement réaliste mais essentiel. Ce fonctionnement est le propre d’un type de management particulier dénommé le management éthique. Un mode de gestion qui fonde sa réussite sur des repères solides dans lesquels chaque employé du groupe peut se reconnaître et qui s’inscrivent  au sein d’une charte de valeurs ainsi que d’un code d’éthique. Un moyen efficace d’améliorer la productivité de l’entreprise et d’entretenir son image de marque tout en instaurant un meilleur climat social.
    Le management éthique consiste plus exactement à définir des dispositions individuelles et collectives suivant des valeurs données telles que le respect ou encore l’honnêteté. «Il s’agit de mettre en place un processus et des dispositions selon lesquels chaque acteur de l’organisation agit selon un socle de valeurs partagées», confie ainsi Omar Benaini, directeur général adjoint à LMS. «Il renvoie à une saine gestion des hommes et des ressources et à la prise en compte de toutes les considérations sociales et sociétales», ajoute Ali Serhani, directeur associé du bureau de recrutement et de conseil RH  Gesper Services.  Le management éthique s’apparente également à un ensemble de démarches et de pratiques managériales permettant d’améliorer le bien-être conjoint des collaborateurs et de l’organisation en général. Ce mode de gestion est aussi souvent associé à un contexte de coopération et fondé sur une reconnaissance réciproque entre salariés et entreprise.
    Afin d’instaurer un management éthique efficace, il faut tout d’abord, d’après Omar Benaini, définir et formaliser les valeurs partagées qui cimentent la culture commune de l’ensemble des collaborateurs. «Un système de valeurs ne se décrète pas de manière artificielle, il doit être proposé et choisi par l’ensemble du corps social de l’institution. C’est le fruit d’un travail collectif entre le top management et l’ensemble du personnel», souligne le spécialiste. Il est ensuite conseillé de décliner ces valeurs en comportements et répertorier les situations où le risque d’apparition de comportements allant à l’encontre de l’éthique est élevé au sein d’un code d’éthique. L’étape suivante consiste à présenter des leviers d’appropriation des valeurs et du code d’éthique par l’ensemble des collaborateurs tels que la communication, la sensibilisation ou encore la formation. «Il est essentiel de mettre en pratique les différentes valeurs du groupe par la sensibilisation du personnel via une politique RH digne de ce nom», explique ainsi Ali Serhani. Il est aussi conseillé de mettre en place des garde-fous afin de garantir la pérennité de la démarche et d’en mesurer les effets. Cela peut prendre la forme d’une enquête de climat social, d’une étude d’image, d’un comité d’éthique ou encore d’une étude d’attractivité.
    Un management qui permet avant tout d’optimiser l’efficacité des employés de l’entreprise en construisant une collaboration de long terme engendrant la performance durable des équipes et donc des gains financiers. Ce mode de gestion est aussi bénéfique en interne, offrant un meilleur cadre de travail aux salariés et améliorant ainsi le climat social. Aussi, une vision non éthique peut coûter cher à l’entreprise. «L’absence d’éthique et le manque de transparence coûtent cher à l’entreprise et à la communauté», explique Omar Benaini. Cela risque aussi de ternir l’image de marque de l’organisme auprès de l’Etat, de ses clients, de ses partenaires et de l’opinion publique en général.

    Un mode de gestion pratiqué au Maroc

    Le management éthique est pratiqué dans de nombreuses entreprises marocaines telles que le groupe Marjane, le ministère de l’Economie et des Finances ou encore l’ONEE. Les expériences les plus abouties et réussies sont celles où le top management a accepté d’appliquer la démarche dans son intégralité, de la définition des valeurs à la déclinaison en code de bonne conduite, précise Omar Benaini. Néanmoins, beaucoup d’entreprises  se sont arrêtées à la première étape de la démarche et se sont contentées d’annoncer simplement les valeurs sans mettre en place d’approche participative en parallèle.

    Le comportement d’un manager éthique

    Un manager éthique doit se comporter d’une certaine manière avec ses subalternes
    • Il doit exercer un fort leadership
    • Il est essentiel qu’il s’applique à donner du sens au travail de ses équipes
    • Il doit également montrer l’exemple en adoptant les valeurs et les comportements adaptés à une pratique managériale de qualité comme la prudence, la modération et le courage
    • Il est important qu’il s’applique à faire circuler l’information et à récompenser ses salariés les plus méritants.

    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc