×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Casablanca
La police administrative opérationnelle en 2015

Par L'Economiste | Edition N°:4429 Le 26/12/2014 | Partager
L’arrêté déjà signé par Sajid
Les premiers agents seront déployés au début de l’année

Urbanisme, propreté, stationnement, protection et gestion du patrimoine… Autant de secteurs qui seront bientôt sous le contrôle d’une police administrative à Casablanca
Les premiers agents seront opérationnels en 2015. L’arrêté pour la création de ces brigades vient d’ailleurs d’être signé par le président du Conseil de la ville. Il doit être validé par le ministère de l’Intérieur avant son entrée en vigueur.
«Les premiers éléments de la police administrative seront recrutés et formés pour être opérationnels dans 3 à 6 mois», a annoncé Khalid Safir, wali du Grand Casablanca, en marge de sa dernière sortie, lundi 22 décembre, consacrée à la présentation des grandes lignes du plan de développement 2015-2020 du Grand Casablanca,
Sept secteurs seront soumis à la surveillance et au contrôle de la police administrative. Il s’agit de l’urbanisme, du patrimoine public, des déplacements urbains, de l’éclairage et du stationnement, de l’hygiène et de la propreté, des activités commerciales et professionnelles et des cimetières.
Cette police administrative sera du ressort de Casa-Prestation, la société de développement local (SDL) nouvellement créée pour la gestion de secteurs comme les abattoirs ou encore le marché de gros des fruits et légumes.
Ils seront une cinquantaine d’agents, à raison de 2 à 3 par arrondissement, qui doivent couvrir l’ensemble du territoire de la ville, assure-t-on auprès du Conseil de la ville. Parmi les prérogatives de ces agents assermentés figurera la libération du domaine public, le respect des autorisations, la propreté… 
«Il faut dire que jusqu’ici, ce sont les présidents d’arrondissement qui exerçaient le rôle de la police administrative. Aujourd’hui, cet arrêté vient clarifier les prérogatives de chacun», poursuit la même source.
Sur le volet propreté, les agents assureront dans un premier temps un rôle de sensibilisation avec les délégataires de la collecte, afin d’inciter la population à avoir un comportement responsable en matière de salubrité publique.
Dans un second temps, la brigade interpellera les citoyens et réprimera les infractions commises par l’application d’une amende à l’encontre des contrevenants.
Les infractions seront classées par ordre de priorité, selon la gravité des nuisances causées. Les principales infractions sont sanctionnées sur la base de la loi sur les déchets 28-00 ( 500 à 10.000 DH) et du dahir de 1959 (100 DH) selon le degré de gravité de l’infraction.
Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc