×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La croissance des prêts immobiliers ralentit

Par L'Economiste | Edition N°:4427 Le 24/12/2014 | Partager
L’encours s’établit à 235,7 milliards de DH, en hausse de 2,6% à fin octobre
Les créances en souffrance bondissent pour leur part de 22,3%

Les prêts immobiliers se sont inscrits en hausse de 2,6% à fin octobre 2014. Une progression qui reste frileuse par rapport aux niveaux enregistrés un an auparavant. Cette évolution s’est accompagnée du renforcement des crédits d’habitat qui se sont accrus de 5,2% à fin octobre. La hausse a été cependant atténuée par le repli des prêts destinés à la promotion immobilière

La croissance des prêts immobiliers a tendance à ralentir quelque peu. L’encours du crédit, qui s’établit à près de 236 milliards de DH, progresse à peine de 2,6% alors qu’il gagnait 4,8% l’an dernier déjà. Même si le coût moyen du crédit s’est maintenu en dessous de la barre des 6% pour le second trimestre consécutif.  Selon la dernière note du DEPF, le taux appliqué aux prêts immobiliers s’est établi à  5,94% à fin octobre. Un niveau que le marché n’a plu connu depuis 2009. Cette baisse serait également favorisée par celle du taux directeur, établi actuellement à 2,5%.
D’un autre côté, l’évolution des prêts immobiliers s’est accompagnée du renforcement des crédits alloués à l’habitat à fin octobre. Ce poste est passé en un mois de 4,9% à 5,2%. Et ce malgré le durcissement par les banques des conditions d’octroi de crédit à l’habitat. Les prêts accordés aux promoteurs immobiliers ont, de leur côté, marqué une nette décélération pour s’établir à 4,2%. Atténuant ainsi le niveau global des crédits immobiliers. Les créances en souffrance, elles se sont accrues de 22,3% après une augmentation de 16,1% l’année dernière.
Du côté des crédits accordés au titre de Fogarim et Fogaloge, la tendance est également à la hausse. A fin octobre, près de 20.000 ménages ont souscrit aux prêts garantis par l’Etat dont près de 74% au titre du produit Fogarim destiné aux populations à revenu modeste et irrégulier. Le Fogaloge, dédié aux salariés du privé et du public et aux MRE, a profité à 4.853 ménages. Au total, 23,4 milliards de DH de crédits ont été distribués au terme des dix premiers mois de l’année. La production cumulée des crédits Fogarim et Fogaloge enregistre des progressions respectives de 32% à 17,4 milliards de DH et de 15% à
6 milliards de DH comparativement à l’année précédente.
La production mensuelle de Fogarim se relève de 34,8% par rapport au même mois de l’année précédente à 229,2 millions de DH et concerne 1.366 bénéficiaires. Le taux d’intérêt moyen s’était établi à 6,15% au moment où la traite moyenne mensuelle ressort à 1.238 DH. Le montant moyen des prêts s’établit, pour sa part, à 167.754 DH.
La production de prêts Fogaloge s’apprécie, quant à elle, de près de 13% à 125,8 millions de DH, avec un total de 474 bénéficiaires. Le taux moyen se maintient à 5,8%, pour une mensualité moyenne de 2.104 DH. De son côté, le montant moyen des crédits ressort à 265.381 DH à fin octobre 2014.
Pour les deux types de crédits, le financement ne se fait plus à 100%. Pour une grande partie des projets, les banques financent désormais un peu moins de 80%.o
A. Lo

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc