×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Actu/Enseignement privé: Fopep cartonne

    Par L'Economiste | Edition N°:4426 Le 23/12/2014 | Partager
    Le Fonds de la CCG a financé 222 projets d’écoles en 6 ans
    623 millions de DH, sur un total investi de 2,4 milliards de DH
    6.100 classes créées, en majorité dans le primaire et le secondaire

    vide

    L’éducation, c’est un secteur qui rapporte! Avec le déclin du système public, les parents sont de plus en plus nombreux à opter pour des établissements privés. Les projets de création d’écoles aussi se multiplient un peu partout, bénéficiant des facilités accordées. Avec le lancement fin 2007 du Fonds de promotion de l’enseignement et de la formation privés (Fopep), géré par la Caisse centrale de garantie (CCG), l’accès au financement est devenu moins compliqué. «Notre seule exigence c’est que le projet en question soit viable», relève Hicham Zanati Serghini, DG de la CCG.
    Pour bénéficier de l’appui offert, le porteur du projet (de création ou de développement d’une école) doit apporter 30% de l’investissement, contre 40% pour le système bancaire et 30% pour Fopep, dont le taux d’intérêt est limité à 2% l’an. La durée de remboursement s’étale sur 12 ans, avec un différé de 4 ans. «Nous prenons une bonne partie du risque, puisque d’une part nous offrons des financements, et d’autre part, nous accordons une garantie pour la part des banques afin de les rassurer», précise Zanati.
    Depuis son lancement et jusqu’à la mi-décembre 2014, le Fonds a agréé 222 projets, pour un montant de 623 millions de DH, sur un total investi de 2,4 milliards de DH. Le système bancaire, lui, a contribué à hauteur de 892 millions de DH. La majorité, soit plus de 80%, concerne de nouvelles créations d’établissements. Seuls 9% portent sur l’enseignement supérieur. Le reste est réparti entre le primaire et le secondaire.
    Quelque 6.100 classes ont été construites, avec une capacité d’accueil de 152.500 élèves. Elles ont permis la création de 4.900 emplois.
    Le nombre de projets grimpe chaque année. En 2013, environ 34 projets ont été cofinancés, pour des investissements de l’ordre de 447 millions de DH (164 millions par les banques et 117 millions par Fopep).
    En 2014, le total des projets est passé à 43, avec un investissement de 538 millions de DH (182 millions par les banques et 100 millions de DH par Fopep).

    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc