×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Justice

    Affaire Bourgogne
    La défense s’attaque aux vices de forme

    Par L'Economiste | Edition N°:4424 Le 19/12/2014 | Partager
    La qualité de LPEE et l’expertise judiciaire contestées
    Deux juges d’instruction pour une seule enquête
    L’accusation appuie ses pièces à charge

    Effondrement de trois immeubles le 11 juillet 2014 à Casablanca. Le bilan de la Protection civile faisait état de 23 morts et 54 blessés

    L’affaire de l’effondrement des trois immeubles survenu début juillet 2014 à Casablanca prend un nouveau virage. L’audience du 17 décembre, tenue au tribunal correctionnel de Aïn Sbaâ, a été entièrement réservée aux vices de forme. Les avocats de la défense vont se relayer pour casser la légalité des procédures engagées par le juge d’instruction. L’enjeu est de pilonner les preuves et  minimiser donc le risque d’une condamnation pénale. 
    Me Massoud Leghlimi prend la parole en premier. Il se prévaut du code de procédure pénale: «Un magistrat enquêteur ne peut se saisir de l’affaire que s’il est sollicité par écrit par le Ministère public. Les juges d’instruction sont ainsi désignés nominativement (par leurs noms)». Ces derniers se déplacent sur les lieux de l’infraction, collectent des preuves, auditionnent des témoins…  L’avocat de Mohamed Nazih, ingénieur en génie civil, s’arrête sur la date de quelques procès-verbaux. Le juge Omar Kassi suspend temporairement son enquête pour partir en congé annuel. Nous sommes le 18 août 2014. Son suppléant prend la relève «sans que le procureur du Roi ne le saisisse et auditionnera mon client», déclare Me Leghlimi en réclamant l’annulation de cette procédure. De retour de ses vacances, le juge d’instruction signe son ordonnance de renvoi le mi-septembre 2014. Son acte fixe les charges retenues contre les prévenus et ouvre la voie à un procès. Homicides et blessures involontaires (23 morts) sont en tête de liste.
    La défense s’en prend ensuite à l’expertise diligentée auprès du laboratoire public LPEE. «Elle est introuvable dans le dossier. L’expertise des édifices a-t-elle été réalisée ou bien le juge d’instruction a désigné une autre partie pour la mener?». Là aussi les avocats pactisent pour réclamer au président, Mustapha Belhmidi, «d’écarter la supposée preuve». Arguant qu’il y a vice de procédure dans la mesure où leurs clients n’ont pas été préalablement avisés par la justice. La défense fait valoir le débat contradictoire et qui aurait permis aux prévenus «de pouvoir récuser l’expertise judiciaire ou de formuler des observations, des réserves…». Un des représentants des robes noires va jusqu’à contester la qualité de LPEE: «Est-il inscrit sur le tableau des experts judiciaires de la Cour d’appel de Casablanca?». Condition qui est en principe indispensable.

    Report pour le 26 décembre

    L’existence d’un flagrant délit justifiant le recours à la détention préventive est également contestée. La sempiternelle prescription des faits sera «le grand titre de cette affaire qui marquera les annales judiciaires», tonne l’un des avocats. Face à la présidence, l’orateur rappelle «son droit de recourir à la Cour de cassation» pour trancher ce point en particulier. La défense de Mimoun Azroul attaque à son tour en exigeant «la requalification du délit en contravention». Tout un débat s’enchaîne sur le code de l’urbanisme et ses implications pénales. On ne s’arrêtera pas là. Les frères Hannache sont cités comme témoins à charge. «Or, le juge d’instruction ne les a pas confrontés avec mon client Mohamed Labadi», conteste la défense. Et qui insiste à ce que le caïd de l’arrondissement soit convoqué en tant que témoin: «N’est-il pas le supérieur hiérarchique du prévenu?».
    L’un des avocats déraille du débat juridique pur et dur pour critiquer «une institution importée du droit français». Allusion au juge d’instruction «instauré fin des années 1880 en France. Mais dont nous n’avons malheureusement retenu que le titre». Ce qui sous-entend que la rigueur des enquêtes de nos magistrats laisse à désirer! Le président de l’audience finit par rattraper la brebis galeuse: «Quelle est votre requête?».
    Face à la défense, l’accusation ne restera évidemment pas les bras croisés. Elle contestera en bloc  toutes les prétentions des avocats. «Le juge d’instruction s’est personnellement déplacé sur les lieux du drame. Il n’avait donc nullement besoin qu’il soit sollicité pour se saisir de l’affaire», déclare le procureur du Roi. Non sans souligner que «le remplacement temporaire du juge parti en congé garantit la bonne marche de la justice. Et ce, conformément au plan annuel fixé par l’assemblée générale du tribunal». Quant à l’expertise judiciaire, «elle aurait pu être contestée dans les délais légaux auprès de la chambre correctionnelle de la Cour d’appel. Chose qui n’a pas été faite». Reste aussi, poursuit la magistrature debout, que le non-recours à une confrontation au cours de l’enquête d’instruction «n’est pas un vice de forme». 
    En fin d’après-midi, l’audience est levée après plus de deux heures de débat. Le président, Mustapha Belhmidi, va se prononcer le 26 décembre uniquement sur les vices de forme. Ce qui va ouvrir la voie à l’audition des prévenus, des témoins...


    Faiçal FAQUIHI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc