×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Gouvernance: Au-delà des clichés

    Par L'Economiste | Edition N°:4423 Le 18/12/2014 | Partager
    Bendidi et Rahhou décryptent le concept
    Nouveau cycle de formation à l’Iscae
    Il sera lancé en mars 2015

    «Une bonne gouvernance consiste à fournir l’orientation stratégique, s’assurer que les objectifs sont atteints, que les risques sont gérés convenablement et les ressources utilisées avec responsabilité». C’est en résumé ce qu’on entend par le concept de gouvernance qui a fait son apparition dans les années 80 et s’est renforcé suite aux scandales financiers (comme l’affaire Enron en 2001). Au fur et à mesure, cette notion  a nourri les enjeux autour de la mission de gouvernement d’entreprise, sur la création de la valeur pour l’actionnariat. Ce nouveau credo était censé protéger des méfaits de la «firme managériale», où les dirigeants trop indépendants de leurs actionnaires gaspillaient les ressources pour assouvir leur désir de puissance.
    «Plusieurs spécialistes lient la gouvernance à l’efficacité et à l’efficience», soutient Rachid M’rabet, professeur et directeur de l’Ecole doctorale du groupe Iscae. M’rabet vient d’animer une table ronde sous le thème: «la gouvernance: levier de croissance», organisée mardi 16 décembre à l’institut éponyme avec des invités de marque, en l’occurrence Saâd Bendidi, directeur général du Groupe Saham, et Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank.
    Les deux managers ont la double casquette de dirigeants d’entreprises et d’administrateurs indépendants, qui siègent dans plusieurs conseils d’administration, aussi bien dans le privé que dans le public. D’ailleurs, pour Saâd Bendidi, un bon conseil d’administration doit avoir un minimum d’administrateurs indépendants, censés apporter un regard neutre sur le choix des dirigeants (stratégie, rémunération…).
    «L’administrateur indépendant ne doit pas être lié au capital, ni avoir des intérêts directs avec l’entreprise en tant que salarié, client, auditeur…», renchérit Ahmed Rahhou. Mais c’est dans le secteur public que la fonction d’administrateur indépendant gagnerait à être développée davantage, s’accordent à dire les deux managers. Les réunions dans le cadre des organes de gouvernance ne doivent pas non plus être trop consommatrices en temps. Consacrer 3 jours par trimestre à cette fonction devrait être suffisant. «Si les réunions du CA sont bien préparées par les comités (stratégique, d’audit et de rémunération), elles ne s’éternisent pas», tient à préciser le DG du Groupe Saham. Cependant, cette tâche requiert une rémunération  correcte pour garantir des «relations saines».
    La diversité (culture, âge, sexes, nationalité…) est également requise. «On ne peut s’adresser convenablement à des marchés asiatiques par exemple, sans avoir un membre originaire de ce continent dans les instances de gouvernance», soutient Bendidi. Il s’agit aussi d’un métier qui s’apprend. «Il ne suffit pas d’être manager pour se reconvertir en administrateur», précise M’rabet. «Pour remplir pleinement cette mission dans le cadre qui leur est fixé, les cadres dirigeants, les administrateurs ou futurs administrateurs doivent maîtriser le périmètre de l’exercice de leur mandat, les bonnes pratiques recommandées tant au niveau international que national et s’entraîner à leur mise en œuvre», relève le directeur de l’Ecole doctorale du groupe Iscae. D’ailleurs, pour accompagner et préparer des administrateurs chevronnés, l’Institut s’est associé au cabinet «Audencia Nantes» pour proposer une formation certifiante qui va démarrer dès mars 2015.

    Comment devenir administrateur en 7 jours!

    La formation, qui se tiendra à l’Iscae, comportera 7 jours de séminaires collectifs (sur 3 mois) associant apport de connaissances et cas pratiques. En détail, ce programme propose 4 jours consacrés au thème: «Comprendre et maîtriser l’environnement et les finalités du conseil». «Développer une posture d’administrateur», sera le thème de 2 jours de formation, suivis par un jour consacré à l’élaboration de son projet d’administrateur.

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc