×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Industrie: Une peinture qui lutte contre les bactéries

    Par L'Economiste | Edition N°:4422 Le 17/12/2014 | Partager
    Certifiée Iso 22196, elle est l’œuvre de Poudrox Industries, une société tangéroise
    Détruisant à 99% les bactéries en contact, elle est idéale pour le milieu hospitalier
    Le surcoût final ne sera que de 1,40 DH par m2

    Une rampe d’escalier qui se nettoie toute seule, une poignée de porte qui ne transmet pratiquement aucun germe, des produits qui existent et qu’une société marocaine, basée à Tanger a rendu possible.
    Il s’agit de Poudrox Industries, une entreprise installée à la Zone Industrielle de Tanger qui a mis au point la première peinture en poudre antibactérienne.
    Le produit quasi-miraculeux vient d’être certifié en septembre dernier Iso 22196, la norme qualité qui sanctionne les produits de ce genre. «Il s’agit d’une peinture en poudre qui peut être appliquée sur tout type de support en métal ou en verre et qui a la propriété de détruire à 99% les souches de bactéries qui entrent en contact avec elles», explique Zakiya Sekkat, Pdg de Poudrox. Et cerise sur le gâteau, ce produit est aussi écologique car ne contient aucun solvant comme toutes les peintures en poudre.  Le développement du produit a démarré en 2012 et il a été mis sur le marché dernièrement. Le plus dur a été de mener les batteries de tests de certification, deux centres seulement au monde y sont habilités, l’un aux Etats-Unis et l’autre en Angleterre. Le produit doit non seulement décimer ces bactéries mais aussi empêcher leur multiplication, et surtout garder cette propriété tout au long de sa durée de vie, c’est la lourde tâche et le défi qu’a dû relever le laboratoire de Poudrox, assure Sekkat. Pour l’entreprise, le coût supplémentaire de ce laquage ne devra pas trop grever les fabricants des produits finaux. En effet, le surcoût final ne sera que de 1,40 dirhams par mètre carré de superficie par rapport à une peinture conventionnelle, ce qui rend le procédé à la portée de toutes les bourses. Le produit est destiné à des applications spécifiques comme le mobilier urbain, celui hospitalier ou dans le milieu de la restauration. Il peut aussi s’appliquer dans le cadre des écoles par exemple ou dans celui où un minimum d’hygiène est requis en permanence.

    Défi

    LE prochain défi de Poudrox industries qui assure être le seul fabricant de ce produit en Afrique est le développement d’un procédé de laquage adapté aux produits dits ‘thermo-sensibles’.
    En effet, cette peinture anti-bactérienne est appliquée via un procédé appelé thermo-laquage. Il s’agit d’une poudre que l’on applique sur la superficie à couvrir et qui durcit par l’application de chaleur, un procédé qui limite son application à l’heure actuelle aux métaux et au verre.

    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc