×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Décompensation
    Dernières baisses des prix avant 2015

    Par L'Economiste | Edition N°:4421 Le 16/12/2014 | Partager
    Revision des tarifs à la pompe pour le gasoil et sans plomb
    Une convention d’homologation des prix bientôt finalisée avec les pétroliers
    Pour le CESE: Pas de décompensation sans mesures d’accompagnement

    La baisse progressive du prix du gasoil devra intensifier encore plus la «diésélisation» du parc automobile

    Bonnes nouvelles pour les automobilistes. Le super sans plomp est passé aujourd’hui  à 10,86 DH/litre, soit 92 centimes en moins. Pour sa part, le prix du gasoil recule de 70 centimes le litre pour passer à 8,99 DH. Ces derniers ajustements du marché n’empêchent pas Etat et professionnels de se préparer à la totale décompensation. D’ici là, l’Etat est en train de finaliser  un système d’homologation des prix. C’est le dispositif que l’Etat négocie depuis plusieurs mois avec les pétroliers dans le cadre de l’accompagnement proposé à la réduction de certaines subventions sur les produits raffinés. «Cela devrait se faire dans le cadre d’une convention de partenariat entre les deux parties. L’objectif est de mettre en place un cadre de maîtrise des prix de certains produits pétroliers sensibles, en concertation avec les opérateur du raffinage et de la distribution», explique Mohamed El Ouafa, ministre des Affaires générales. Cette mesure est annoncée comme un premier pas dans le processus d’adaptation et d’accompagnement tel que proposé par l’Etat aux professionnels du secteur des hydrocarbures. La réduction progressive de la subvention ouvre la voie à la libre-concurrence dans le secteur de la distribution des produits pétroliers. Le gouvernement veut s’assurer au maximum de la maîtrise des retombées socioéconomiques de cette mesure, surtout sur le gasoil. Du côté des principaux concernés, les opérateurs du secteur pétrolier, rien n’est encore acté. «C’est un projet qui a été soulevé avec le gouvernement, dans le cadre de la libéralisation du secteur. Nous sommes encore en train d’en négocier les grands principes», explique Ahmed Zaidi, président du Groupement des pétroliers du Maroc (GPM). Pour ce dernier, la baisse des prix devrait logiquement se poursuive en corrélation avec l’évolution du prix du baril. Avec la réduction de la subvention, le secteur des hydrocarbures est devenu hautement réactif. Cette année, d’ailleurs, l’Etat s’est engagé à rembourser une bonne partie de ses arriérés contractés auprès des pétroliers, pour s’offrir une marge de manœuvre en 2015.  Sur un cumul de plus de 15 milliards de dirhams, le gouvernement compte bien boucler 2014 avec 5 milliards de dirhams d’arriérés rattrapés.
    Une chose est sûre, la pilule de la réduction de la subvention des produits pétroliers ne passera pas sans mécanismes de soutien, aussi bien pour les pétroliers que pour les consommateurs, professionnels et particuliers. Pour ces derniers plus particulièrement, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) se veut très prudent. «Il est judicieux pour le gouvernement d’engager une réforme de la compensation, mais sa mise en œuvre nécessitera des mesures d’accompagnement afin d’en limiter les impacts socioéconomiques», explique Nizar Baraka, président du CESE. Dans non dernier rapport annuel, le CESE est on ne peut plus clair. «Cette mesure, qui a permis de maîtriser l’enveloppe budgétaire consacrée au soutien des prix, mériterait de s’inscrire dans le cadre d’une réforme globale et concertée du système de compensation qui tienne compte du nécessaire soutien du pouvoir d’achat, de la préservation des classes moyennes et du renforcement de la compétitivité des entreprises», analyse le rapport du Conseil. «Nous sommes devant le fait accompli de toute façon», explique, pour part, Mohamed Fettah, président de la Fédération de l’énergie. Pour le représentant de la CGEM, les professionnels devraient davantage s’intéresser à d’autres mécanismes, justement, pour s’adapter à cette nouvelle donne. Parmi les pistes envisageables, figure celle de la maîtrise de la consommation à travers la généralisation de l’efficacité énergétique dans tous les secteurs économiques, ainsi que la promotion des énergies renouvelables.

    Safall FALL

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc