×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Décompensation
    L’imprévisibilité des charges de carburant?

    Par L'Economiste | Edition N°:4421 Le 16/12/2014 | Partager
    Transport: Une activité fortement exposée
    Coût de la vie: Une surchauffe annoncée début 2015
    Les opérateurs réclament un dispositif d’accompagnement

    2015 sera pleine de surprises et les professionnels s’y attendent. La politique de décompensation entreprise par le gouvernement sur les prix de plusieurs produits pétroliers, en l’occurrence le gasoil et l’essence, n’épargnera pas la compétitivité de nombreuses activités stratégiques. «Nous percevons déjà des inquiétudes et crispations dans certains secteurs d’activité», signale Habib Malki, président du Centre marocain de conjoncture (CMC). Le secteur du transport sera aux premières lignes des répercussions attendues sur l’évolution des charges de carburant, notamment sur le segment du gasoil. Ce secteur est l’un des plus gros consommateurs du gasoil, dont les prix ont augmenté à trois reprises en cette année (la dernière hausse date du 16 octobre dernier pour s’établir à près de 10%). A l’exception du 16 juillet où le niveau de révision était supérieur de 4 centimes/litre, à la réduction de la subvention, l’augmentation du prix était de 49 centimes/litre contre une baisse de subvention de 45 centimes/litre. Les deux autres augmentations sont bien en deçà du niveau de la réduction de la compensation. En l’absence d’études d’impacts et de chiffres officiels, les supputations vont bon train sur l’estimation des retombées sur le business. Les professionnels parlent de «3 à 5%» de charges supplémentaires. Un chiffre qui risque de passer à «10%» - à prendre avec des pincettes - pour des conjonctures de hausse exceptionnelle du baril. Dans les dernières actualisations du Haut commissariat au plan (HCP), l’indice des prix à la consommation du secteur du transport a progressé de 2,4% à fin octobre dernier, en comparaison avec le même mois en 2013. Plusieurs observateurs voient en cette variation les premières retombées de la suppression progressive de la subvention unitaire sur le prix du gasoil.
    Inexorablement, les professionnels comptent répercuter ces augmentations de charges sur le consommateur. «L’absence de mesures d’accompagnement et d’une vision globale qui donnent un sens à la réforme fait que l’impact sera négatif sur notre modèle de croissance», explique le président du CMC. Cette cellule d’analyse, qui prépare une étude pour le mois de janvier sur le même sujet, est convaincue que la facture sera salée sur la compétitivité du secteur des transports, mais aussi pour le panier de la ménagère. «La loi de Finances 2015 ne prévoit pas de mesures significatives aussi bien pour l’entreprise que pour la consommation», rappelle l’économiste El Malki. Les véhicules diesel constituent près de 70% du parc des véhicules particuliers. Au-delà, c’est surtout la structure des coûts des produits alimentaires qui devrait être affectée. Le CMC projette une accentuation du coût de la vie dès les premiers mois de 2015, les mêmes causes provoquant les mêmes effets. Jusque-là, les prix des produits alimentaires ont aussi connu des hausses, avec 6,5% pour les fruits, 6,3% pour les légumes et 2,7% pour les poissons et fruits de mer. «Le poids du transport dans la structure des coûts de ces produits a fortement évolué tout au long de cette année. Nous ne disposons pas de projections chiffrées pour l’année à venir, mais son impact sera important sur les prix des produits agricoles», précise un responsable de l’Association des producteurs de fruits et légumes (Apefel).

    C’est le moment des emplettes!

    POUR les professionnels du raffinage, il est temps de stocker le maximum pour la reconstitution des réserves. Le prix du baril étant au plus bas, fluctuant autour de la barre des 63 dollars pour le Brent. Justement cette contraction des cours (-40% sur les six derniers mois) vient à peine d’être répercutée sur les prix à la pompe et les observateurs s’accordent sur le fait que la conjoncture est favorable à une reconstitution des stocks.
    Pour rappel, les prix nationaux des produits pétroliers sont indexés sur les cours internationaux des produits raffinés et sur le niveau du baril du pétrole sur les marchés internationaux. Si les cours des produits raffinés et du brut peuvent paraître corollaires, des différenciations de tendances peuvent toutefois être relevées à très court terme. Ce décalage peut être expliqué par la pression de l’offre et de la demande ou par le processus industriel de transformation du pétrole brute en produits raffinés.

    Safall FALL

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc