×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Les introductions en Bourse au plus haut

Par L'Economiste | Edition N°:4419 Le 12/12/2014 | Partager
2014 sera l’année la plus attractive depuis la crise financière
48 milliards d’euros levés à fin novembre

2014 dépasse de loin les deux dernières années en volume et en valeur. Cependant,  2015 devrait être moins bonne

Si l’année 2014 a été particulièrement bonne en termes d’introductions en Bourse en Europe, plusieurs questions persistent quant à la viabilité de cette tendance. En effet, la valeur des IPO effectuées en Europe sur les 11 premiers mois de l’année 2014 atteint 184 % du niveau de 2013, avec 344 entreprises ayant levé 48,8 milliards d’euros, contre 279 entreprises (26,5 milliards d’euros levés) en 2013.
Selon les pronostics de l’étude «IPO Watch» du cabinet d’audit et de conseil PwC, le total des introductions en Bourse en Europe devrait atteindre 50 milliards d’euros d’ici à la fin 2014, dont 10 milliards environ pour le dernier trimestre de l’année. 2014 sera ainsi la plus active depuis 2007 au déclenchement de la crise financière.
Ce volume provient principalement d’introduction de grandes entreprises en Bourse. En effet, environ 60 % des fonds levés provenaient des cinq principales opérations opérées aux mois d’octobre et de novembre. L’introduction en bourse du hedge fund Pershing Square a été la plus grosse transaction de l’année, avec 2,2 milliards d’euros levés à Amsterdam. L’incubateur de start-up Rocket Internet a quant à lui levé 1,4 milliard d’euros à Francfort, indiquant ainsi un regain d’activité des différentes places boursières en Europe.
Cependant, le dernier trimestre suscite beaucoup d’inquiétude. Il a connu une série de retraits ou de reports d’IPO, suite aux faibles performances de plusieurs entreprises fraichement cotées et d’un pic de volatilité à la fin du troisième trimestre. Cette conjoncture moins encourageante a contraint certains candidats à l’introduction en bourse à reporter leur projet. Virgin Money, par exemple, a fini par être cotée en novembre, même si sa valorisation a dû être revue à la baisse. Les experts de PWC expliquent cela par «une volatilité accrue sur les marchés, en raison des tensions géopolitiques en Ukraine et au Moyen-Orient et des incertitudes concernant la croissance économique en Chine et en Europe». Ils restent néanmoins optimistes pour les prochains mois.. Selon l’analyse de PWC, d’ici à 2015, les introductions en Bourse seront plus nombreuses et plus volumineuses, mais sans toutefois atteindre le niveau du premier semestre de 2014. Par secteur, il n’y en a aucun qui a particulièrement dominé le regain d’activité des introductions en bourse en 2014. Toutefois, la finance, la distribution et l’industrie sont arrivées à se distinguer. Les trois secteurs ont levé plus de 7 milliards d’euros. Quant à l’activité de la distribution, elle devrait rester forte jusqu’à la fin de l’année, notamment à Londres.
M. L.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc