×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Accord d’Agadir
Nouvelle étape pour la propriété industrielle

Par L'Economiste | Edition N°:4419 Le 12/12/2014 | Partager
Signature entre les Etats membres d’un mémorandum d’entente
Création prochaine d’un conseil d’hommes d’affaires

Coup de pouce pour l’accord d’Agadir en vue de renforcer davantage les échanges commerciaux entre ses quatre pays membres: le Maroc, l’Egypte, la Tunisie et la Jordanie. Dans ce cadre, un mémorandum d’entente a été signé, mercredi dernier, entre les Offices de propriété industrielle de ces pays. Ce document vise à favoriser le partage d’expériences et à mutualiser les moyens et ressources déployés par ces Offices afin d’améliorer le niveau d’utilisation et de protection de la propriété industrielle dans ces pays.
«La propriété industrielle devient un vecteur important pour le développement des industries dans chacun des pays et l’amélioration de l’attractivité en termes des investissements étrangers», a déclaré pour l’occasion Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie et du Commerce.  «Pour que les  investisseurs étrangers décident d’investir dans nos pays, notre système de  protection de la propriété industrielle soit conforme aux normes internationales», poursuit-il.
Ainsi, le Maroc, avec tous les pays signataires de l’accord d’Agadir, a souhaité passer à une étape supérieure d’échange et de partenariat au niveau de la propriété industrielle. Pour le ministre, «la signature du mémorandum d’entente est un pas en avant pour le Maroc pour pouvoir renforcer la propriété industrielle dans la région et à travers le monde».
Signé le 25 avril 2004, l’accord d’Agadir a notamment pour objectifs la libéralisation du commerce extérieur des pays membres, l’encouragement de l’investissement tant intérieur qu’extérieur, la réalisation de l’intégration économique entre ces pays.
D’ailleurs, dans le cadre du renforcement du partenariat, le Maroc abritera la création prochaine d’un Conseil d’hommes d’affaires appartenant aux quatre pays membres, signale El Aid Mahousoussi, Président de l’unité technique de l’accord d’Agadir. Selon lui, la création de cette instance devra permettre d’agir d’une manière horizontale à travers les hommes d’affaires en tant qu’investisseurs, importateurs ou exportateurs. Le but étant de donner un coup de fouet aux échanges commerciaux dont le volume global imports et exports, ne dépasse pas les 4 milliards de dollars. Et ce sont les produits relativement industrialisés qui dominent ces échanges, ce qui représente une tendance encourageante, estime Mahousoussi.

Plateforme «Arabpat»

La cérémonie de signature a également été l’occasion de lancer la plateforme «Arabpat», disponible sur www.arabpat.com. Celle-ci constitue le premier service de diffusion de l’information brevet au niveau des pays arabes, mis en place dans le cadre de la coopération entre les pays membres de l’accord d’Agadir. Un travail réalisé avec le soutien de l’Office européen des brevets (OEB), l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et l’OMPIC (l’Office marocaine de la propriété industrielle et commerciale). Cette plateforme permet entre autres d’effectuer des recherches sur l’ensemble des informations se rapportant aux brevets des quatre pays. Des pourparlers sont en cours pour l’intégration de l’Arabie Saoudite, non membre de l’Accord, à cette plateforme numérique.

Noureddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc