×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Torture
Des poursuites judiciaires exigées contre la CIA

Par L'Economiste | Edition N°:4418 Le 11/12/2014 | Partager
Une vague de condamnations dans le monde et aux Etats-Unis
Pour Obama «ces méthodes appartiennent au passé» !

Après la publication d’un accablant rapport sur la torture par la CIA, les réactions ont fusé de toutes parts. La presse américaine s’est même emparée du problème. «The Senate Report on the C.I.A.’s Torture and Lies », écrit The New York Times, «A grim portrait of CIA tactics», renchérit le Washington Post.
L’ONU et les défenseurs des droits de l'Homme ont appelé à des poursuites judiciaires contre les responsables américains. A leurs yeux, ce document montre que les «techniques utilisées ont violé à de multiples reprises les lois internationales et les droits de l'Homme les plus basiques».
Amnesty International et Human Rights Watch ont aussi réagi par voie de presse. Selon les deux associations, la loi internationale sur la torture et les disparitions qualifie ces actes de crimes.
L’UE a salué la publication par le Sénat américain d'un rapport confirmant que la CIA avait torturé des personnes détenues après les attentats du 11 septembre. Ce rapport «soulève d'importantes questions sur la violation des droits de l'Homme par les autorités américaines et des personnes au service de l'agence de renseignement», a commenté la porte-parole du service diplomatique de l'UE, Catherine Ray. «Le rapport du Sénat est une étape positive pour affronter de façon publique et critique le programme de détention et d'interrogatoire de la CIA», a-t-elle estimé. Tout en ajoutant que le président américain Barack Obama y a «formellement mis fin quand il a pris ses fonctions en 2009». Prenant la parole, le président américain a affirmé que «ces méthodes appartiennent au passé». Ces paroles visaient d’abord à réconforter les citoyens: «Aucune nation n'est parfaite. Mais une des forces de l'Amérique est notre volonté d'affronter ouvertement notre passé, faire face à nos imperfections et changer pour nous améliorer». Voix discordante chez les républicains, le sénateur John McCain, qui fut prisonnier de guerre torturé au Vietnam, a salué de son côté le rapport.
A son tour la CIA, a contesté les conclusions du rapport, rédigé entre 2009 et 2012 et dont une version, purgée de 525 pages avec 2.725 notes de bas de page, a été déclassifiée. De son côté, le ministère américain de la Justice a indiqué que le dossier resterait clos, faute de preuves suffisantes. En tout cas, la réouverture de ce chapitre noir de la guerre contre le terrorisme a suscité une vague de condamnations dans le monde et aux Etats-Unis.
F.Z.T.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc