×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tanger fabrique sa charte environnementale

    Par L'Economiste | Edition N°:4408 Le 27/11/2014 | Partager
    Regrouper les stratégies de la ville
    Le premier défi, contrôler les déchets ménagers

    L’un des points noirs de la ville de Tanger, la décharge municipale qui devra, avant fin 2015, être transférée vers un nouveau site à Hjar Nhal

    L’ENVIRONNEMENT est un domaine ou d’importants efforts ont été déployés lors des dernières années à Tanger, mais les attentes sont encore nombreuses et difficiles à combler. Un travail colossal reste encore à effectuer, raison pour laquelle la ville veut mettre en place sa propre charte environnementale. Une feuille de route pour délimiter les actions dans le domaine, selon Fouad El Omari, le maire de la capitale du Détroit.
    Pour arriver à ce résultat, une implication des différentes composantes de la société est nécessaire, surtout celle de la société civile. Une première étape a été effectuée à travers l’organisation d’une réunion de concertation à l’échelle de la ville avec près d’un demi-millier de participants ou les associations étaient présentes en force. Une réunion à laquelle était conviée Hakima El Haite, ministre déléguée à l’Environnement, pour qui cette initiative est en accord avec la stratégie de son département.
    «La Charte mettra fin à l’actuelle impunité», avertit El Omari. Dès l’approbation de ce document, prévue pour l’année prochaine, «tous les pollueurs passeront à la caisse» promet le maire de Tanger. C’est d’ailleurs l’une des principales recommandations de cette journée de concertation, qui a aussi insisté sur la nécessité de mettre en place une police environnementale avec pleine autorité pour appliquer et faire respecter les lois en la matière. L’un des constats récurrents tout au long des ateliers thématiques est justement l’absence de suivi des politiques engagées en matière environnementale, et surtout, l’absence de leur application sur le terrain, des pratiques que El Omari promet d’enterrer.
    A Tanger les défis ne manquent pas. L’un des plus urgents reste le traitement des déchets ménagers. L’actuelle décharge de la ville est un exemple d’incohérence des différentes équipes municipales. Le bout du tunnel semble par contre proche. En effet, une nouvelle décharge contrôlée est programmée pour 2015, le lancement de l’appel d’offres ne devrait tarder, selon El Omari. Elle sera située à la commune rurale de Hjar Nhal et devra être l’une des plus modernes du Maroc, promet-on à la mairie de Tanger, loin des concentrations urbaines. C’est tout le contraire de l’actuelle décharge ouverte aux quatre vents et dont les effluves malodorants empoisonnent l’air de la ville.
    De notre correspondant,
    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc