×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Régions

Casablanca
Le tram privé d'une manne publicitaire

Par L'Economiste | Edition N°:4399 Le 13/11/2014 | Partager
Le maire interdit l’habillage des rames au motif qu’il altère le paysage
Un manque à gagner de 45 millions de DH pour Casa Tram
3 entreprises lésées par la décision

Le tramway de Rabat a été habillé à plusieurs reprises lors de campagnes publicitaires, sans que la ville n'interdise ce marché.

Voilà une étrange décision du maire de Casablanca Mohamed Sajid, président du Conseil de la Ville, appuyé par le wali du Grand Casablanca, a décidé l’arrêt de campagne et d’habillage publicitaires de Casa-Tram. Motif invoqué : l’habillage  «défigure l’image du tram». Cette décision, prise depuis plusieurs semaines, continue d’avoir des retombées tant sur les annonceurs, les régies, que la société gestionnaire du tramway.
Ce marché, obtenu via un appel d’offres en avril dernier par un groupement de trois entreprises (Média Rep, 2APUB et Nobel Création), devait être valable pour une période d’environ 4 ans. «Après un mois et demi d’exploitation, l’on se voit signifier la décision des autorités de la ville d’enlever l’habillage, alors qu’on s’est déjà engagé vis-à-vis de nos annonceurs», déplore Adil Freidji, DG de Média Rep, chef de file du groupement. Parmi les annonceurs qui ont opté pour ce support, figurent P&G, Anouar Développement ou encore Addoha… «On a été scandalisé par la décision des autorités prises de manière unilatérale, sans concertation et sans prendre en considération la réglementation régissant les marchés publics», poursuit Freidji.
La décision est pour le moins surprenante car les concernés disent avoir pris les précautions d’usage (demande d’autorisations, concertation sur le visuel, format…). Des visuels ont été envoyés à l’avance pour validation par Casa-Transport et son délégataire Casa-Tram. Ce qui n’a pas empêché la décision d’arrêt de tomber comme un couperet. «C’est comme cela qu’on encourage l’investissement et les partenariats public/privé?», s’insurge le DG de Média Rep.
Certes, la publicité sur les panneaux d’affichage (300 au total), à l’intérieur des rames et les actions de street marketing ne sont pas concernées par cette décision. Mais, l’habillage (ou pelliculage selon le jargon) constitue, à lui seul, 90% de ce marché qui s’élève à 45 millions de DH, estime Freidji. D’ailleurs, M’dina bus recourt régulièrement à ce type de publicité, sans pour autant qu’on s’y oppose. Casa-Tram se retrouve ainsi privée d’une importante rentrée de cash, qui aurait pu contribuer à réduire son déficit, estimé à 189 millions de DH à fin 2013.
«Non seulement les adjudicataires n’ont pas respecté le cahier des charges, mais le conseil d’administration de Casa-Transport, dans lequel siègent le maire et le wali, n’a pas été notifié par Casa-Tram, le délégataire chargé de l’exploitation du tramway», précise-t-on au niveau du Conseil de la ville.Du côté de Casa-Transport, l’on explique que l’opération d’habillage extérieur des rames ne concerne que 10 rames sur 37 et que le reste du marché reste intact (affichage, intérieur …). «Le Conseil de la Ville s’engage à prendre en charge le manque à gagner qui pouvait être généré par l’affichage sur les tramway et ce, dans le cadre du mécanisme d’équilibre financier liant la commune urbaine à la société Casa Transport, maître d’ouvrage du tramway », poursuit la même source.
Pour l’heure, le consortium des 3 entreprises lésées tente de trouver une issue «à l’amiable». Sinon, il se dit prêt à porter l’affaire devant les tribunaux compétents.

 

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    mareactio[email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc