×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Renault défend sa position en Afrique du Nord

Par L'Economiste | Edition N°:4398 Le 12/11/2014 | Partager
Maroc, Algérie, Tunisie et Egypte: 1 million d’unités vendues en 2020 selon les estimations
L’investissement en Algérie consolide la stratégie du groupe sur le continent
L’Afrique peut connaître un scénario identique à celui de la Chine des années 80

Source cabinet IHS

Le marché automobile dans l’Afrique du Nord devrait connaître une nette hausse, selon les chiffres du cabinet IHS. Le Maroc devrait considérablement accroître le nombre des immatriculations au cours des prochaines années. L’Algérie avec plus de 400.000 immatriculations par an est un marché à ne pas négliger

L’usine de Renault inaugurée le 10 novembre en Algérie alimente les discussions dans le monde de l’industrie automobile. A première vue, elle ne semble pas cadrer avec le système industriel mis en place dans la région. Pour Renault, il aurait été tout à fait possible de pourvoir le marché algérien à partir de l’usine de Tanger et la faire tourner à un régime plus élevé en attendant la reprise de son marché de prédilection, l’Europe. D’autant plus que l’investissement en Algérie est conséquent, 800 millions d’euros, à peine moins que l’usine de l’Alliance Renault-Nissan de Tanger qui a atteint le milliard d’euros.
Toutefois, l’approvisionnement de ce marché est quasi impossible en ce moment au regard des relations tendues entre le Royaume et son voisin algérien. En outre, comme le souligne la presse française, importer du Maroc n’aurait pas soulagé l’énorme déficit que traîne le voisin de l’Est. En effet, l’un des soucis de l’Algérie est de réduire ses importations en matière de véhicules qui plombent sa balance commerciale de plus de 5,5 milliards d’euros, soit l’équivalent de quelques 60 milliards de DH pour un marché automobile de près de 400.000 véhicules en moyenne. Même vu sous cet angle, le gain risque d’être assez modéré pour les autorités algériennes. L’usine, chèrement payée ne devra produire dans un premier temps que quelque 25.000 unités de la nouvelle Symbol, un véhicule basé sur la Logan, soit six fois moins que le score atteint par l’usine de Tanger. Du côté de Renault, l’objectif est de conserver sa position sur ses marchés historiques de l’Afrique.
Alors que la demande chinoise continue de marquer le pas au niveau du marché automobile, le géant asiatique aurait commencé à montrer des signes avant-coureurs de fatigue, selon une analyse du cabinet IHS spécialise dans l’automobile et c’est l’Afrique qui semble le mieux préparée à prendre le relais.
L’Afrique est l’un des continents enregistrant l’un des plus forts taux de croissance démographique avec un total de 1,1 milliard d’habitants. Lors des trente dernières années, sa population a doublé alors que celle du Vieux continent, l’Europe n’a augmenté que de 15%.
La demande en véhicules en Afrique et surtout en Afrique du Nord devrait suivre la même tendance. A eux seuls les 4 grands pays de l’Afrique du Nord que sont l’Algérie, le Maroc, la Tunisie et l’Egypte devraient atteindre le million d’unités vendues en 2020, soit près de 50% par rapport aux chiffres affichés actuellement, selon IHS. Et si le développement économique de ces pays se poursuit, les chiffres pourraient être largement bonifiés. Actuellement, le nombre de véhicules vendus par mille habitant varie de 3,1 pour l’Egypte à 8 pour l’Algérie, en passant par 3,6 pour le Maroc. Si on applique un coefficient de neuf véhicules par 1.000 habitants, la demande actuelle pourrait largement être doublée. Ce qui fait dire à l’IHS que l’Afrique peut connaître un scénario identique à celui de la Chine des années quatre-vingt.

Une usine en deux étapes

L’Algérie vient d’inaugurer, lundi dernier, la quatrième usine du groupe Renault dans la Région, après les deux installées au Maroc et celle de l’Egypte. «Renault Algérie Production», comme elle a été baptisée, devra produire la nouvelle Renault Symbol, un dérivé de la nouvelle Logan sous marque Renault. L’usine comporte une ligne de production qui démarrera avec une production de 25.000 véhicules par an dans une première étape. Une deuxième phase portant la production à 75.000 véhicules par an est envisagée et comportera une plus grande intégration des fournisseurs et des métiers tôlerie et peinture, selon le groupe français. Elle devra employer près de 350 employés avec un investissement de près de 800 millions d’euros.

Ali ABJIOU

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc