×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Fès: Les patrons manquent de visibilité

Par L'Economiste | Edition N°:4372 Le 03/10/2014 | Partager

Contre un retour en force de l’informel, l’Etat inactif

• Le secteur du textile est sinistré

GROSSE inquiétude et brouillard total, sont les maîtres mots (maux aussi) de la rentrée économique au niveau de la ville de Fès. L’Union régionale de la Confédération générale des entreprises du Maroc (Centre-nord) tire la sonnette d’alarme. Son président, Driss Belkhayat, décrit une «situation sans précèdent avec un manque de visibilité». Selon lui, «l’activité informelle s’est accrue d’une manière phénoménale». Pour le secteur du textile, à titre d’exemple, et qui emploie la majeure partie des ouvriers au niveau de la région, les ateliers informels ont poussé comme des champignons. On les trouve peu partout dans la ville, et aussi dans sa périphérie, à Ouled Tayeb, Aouite El Hajjaj… et autres. «Ils ne payent ni impôts, ni charges sociales, leurs coûts de production sont nettement moindres, et par conséquent, leurs prix de revient deviennent des prix de référence pour nos donneurs d’ordre», dénonce Belkhayat. Et de poursuivre: «ces ateliers ont une masse ouvrière relativement jeune (de 18 à 30 ans) qui est payée chaque quinzaine, et qui ne se préoccupe pas de l’AMO, CNSS et Smig».
Du côté des entreprises structurées, l’on parle d’un secteur «sinistré». Car, ces mêmes charges, en plus des augmentations des prix de l’énergie (entre 5 et 10%) et des révisions fiscales…, amplifient les dépenses et les rendent non concurrentielles. La situation est telle que le climat des affaires s’est, vraisemblablement, détérioré, après un premier semestre «plus ou moins bon». «D’ailleurs, nombreuses sont les unités qui ont réduit de moitié leurs chaînes de production depuis fin juin, et s’attendent au pire avec la baisse de leur activité», explique le président de l’Union centre-nord de la CGEM. Pour lui, «cette situation engendrera certainement un faible taux de croissance, surtout qu’elle ne débloque pas avec la lenteur constatée dans la conduite des réformes attendues». En tout cas, le patronat régional dresse un sombre tableau. Pour y remédier, il s’aligne sur les propositions du dernier conseil d’administration de la CGEM même (voir L’Economiste du 22 septembre). En plus, il réclame des mesures spécifiques pour la région où les secteurs productifs ont besoin d’un appui logistique soutenu, aussi bien en amont pour les alimenter en matières premières qu’en aval pour la commercialisation et la distribution de leurs produits finis. Car, elle accuse un retard conséquent au niveau de la logistique. Elle est de surcroît handicapée et défavorisée par son incapacité à pouvoir profiter des économies d’énergie et de temps. Aussi, la CGEM Union régionale du Centre Nord insiste sur la mise en avant des besoins réels des entrepreneurs en vue de renforcer l’infrastructure logistique de leur région.

Recommandations

Pour l’Union régionale centre-nord de la CGEM, la région de Fès-Boulemane doit se doter d’une zone franche d’exportation. Aussi, lier Fès à Tanger-Med via l’autoroute par une liaison directe, permettrait également d’offrir de nouvelles et larges opportunités de développement de l’emploi et ce, dans les plus brefs délais. Afin de promouvoir la région et ses potentialités, et de bien la «vendre» aux investisseurs, il est impératif de la doter d’un port sec ou plateforme de dédouanement, recommandent les opérateurs. Pour eux, «ceci faciliterait les procédures et offrirait un gain de temps précieux aux opérations d’import-export».

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc