Régions

Casablanca
Le parc de la Ligue arabe sera réhabilité en 2015

Par L'Economiste | Edition N°:4357 Le 12/09/2014 | Partager
Le projet devait être achevé en 2014
Budget : 100 millions de DH

Le parc de la Ligue a rabe, ex-Lyautey, était un véritable emblème de Casablanca ainsi qu'un lieu chargé d'histoire. Ce poumon vert de la métropole  s’étend sur une superficie globale de 35 hectares

Les études sont prêtes, les fonds débloqués aussi, mais les travaux d’aménagement du parc de la ligue arabe n’ont pas encore démarré. Pourtant la réactivation de ce projet figure bien sur le plan d’actions prioritaire de Casablanca (cf. édition du 9 juin 2014).
De même, la convention de réhabilitation de cet espace vert historique a été approuvée lors du dernier conseil de la région du Grand-Casablanca, qui s’est tenu  fin mai dernier (cf édition du 4 juin 2014).
Il ne reste plus que ce document soit paraphé par les différents partenaires. «Tout est prêt pour pouvoir démarrer rapidement après signature de la convention», assure une source auprès du Conseil de la ville. Entre-temps, un appel d’offres doit être lancé pour désigner l’entreprise qui prendra en charge les travaux.
«Le démarrage des travaux est prévu en janvier 2015 et la durée de réalisation variera entre 18 et 24 mois», indique-t-on auprès de Casa Aménagements, maître d’ouvrage du projet. Ce dernier a déjà accusé suffisamment de retard, puisqu’il était question de boucler les travaux en 2014 pour un  budget global de l’ordre de 260 millions de DH (cf édition du 13 janvier 2013). Aujourd’hui, ce budget a été visiblement revu à la baisse.
En effet, l’actuel projet de rénovation ne nécessitera qu’un montant de 100 millions de DH, dont des contributions de la Commune urbaine de Casablanca (45 millions de DH),  de la Région du Grand Casablanca (20 millions de DH) et de la Direction générale des collectivités locales (35 millions de DH). La Fondation Mohammed VI y contribue également, via son programme de réhabilitation de parcs et jardins historiques. Un rôle qui relève du suivi après la réalisation de ce projet.
La Fondation mettra en effet en œuvre des actions visant la sensibilisation et l’éducation à l’environnement, notamment en faveur des jeunes (parcours pédagogiques, jardins éphémères, initiation des élèves aux notions de jardinage…).
D’une superficie globale de 35 hectares, le parc Ligue arabe n’a rien à envier à d’autres espaces verts notoires comme les jardins de La Menara à Marrakech (88 hectares), le Jardin du Luxembourg à Paris (23 hectares), parc André Citröen à Paris (14 hectares) … Seul Central Park à New York se distingue par une superficie beaucoup plus importante (341 hectares).
Sur papier, le projet semble plus qu’attrayant. Selon l’étude effectuée par le cabinet «ID paysages», toute l’infrastructure (voiries, éclairage, arrosage, fontainerie, mobilier urbain, équipements sanitaires, clôtures …) sera revue et réaménagée. Des espaces de divertissement, d’animation et de restauration sont également prévus. Le projet comprendra un skate parcs, des agrès pour tous âges, des parcours sportifs, des cafés (les cafés existants peuvent y être déplacés) mais aussi un boulodrome, des terrains de foot … La Rue Curie deviendra une impasse pour valoriser la cathédrale en lui offrant une perspective sur le parc. Des espaces de jeu seront largement  développés de manière que les riverains puissent s’approprier les espaces.
Certains éléments comme les terrains de tennis, les bâtiments du boulodrome sont conservés. Un parking souterrain, le long du Boulevard Rachidi, permettra de faire disparaître les stationnements actuels en surface. En attendant la construction de cet ouvrage, des stationnements de proximité seront prévus aux abords du stade «la Casablancaise», de l’ancien parc Yasmina, le long de l’axe Moulay Youssef …
L’idée phare est que le parc doit jouer un point de suture entre quartiers environnants. En effet, le parc est aujourd’hui découpé en plusieurs secteurs. L’axe central est constitué d’alignements d’arbres qui doivent être complétés. Le parc Yasmina, cet ancien parc de jeux à l’abandon, doit garder sa vocation ludique dans le cadre du projet de réhabilitation. Quant au stade la Casablancaise, très dégradé et en décrépitude, il bénéficiera également d’une opération de rénovation prévue par le ministère de la Jeunesse et du sport parallèlement aux travaux sur le parc.
La cathédrale et le parc «Riou» attenant sont très fréquentés, mais font également l’objet d’une forte dégradation.
Le parc de la Ligue arabe, ex-Lyautey, était autrefois un véritable emblème de la ville. Tracé en 1915, par le paysagiste Français Albert Laprade, sa réalisation se fera entre 1915 et 1917. Celui-ci a ajouté la dimension sportive au parc avec la construction de La Casablancaise, espace dédié à la pratique du sport. Au fil du temps, les sports dispensables à une vie saine en milieu urbain ont investi le parc : boulodrome, club de tennis, comme c’est le cas pour d’autres parcs urbains (Central Park, Jardin du Luxembourg à Paris).

Aziza EL AFFAS

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc