×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

La déflation guette toujours la zone euro

Par L'Economiste | Edition N°:4348 Le 01/09/2014 | Partager
L’inflation à 0,3% en août, estime Eurostat
La pression s’accentue sur la BCE

Les économistes craignent une spirale déflationniste. Un taux de chômage élevé peut avoir aussi un impact à la baisse sur les salaires et les prix

TOUS les yeux seront braqués cette semaine sur la réunion du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne prévue le 4 septembre. En effet, les analystes s’attendent à de nouvelles mesures d’assouplissements monétaires de la BCE après les nouvelles estimations de l’Eurostat qui reflètent une inflation à la baisse. Ce qui «ravive la menace d’une spirale déflationniste». Le taux  annuel de la zone euro est estimé à 0,3% en août 2014, en baisse par rapport aux projections du mois de juillet  (0,4%). Il y a un an, l’inflation atteignait 1,3%.
Parmi les principales composantes de cette inflation, les services devraient connaître le taux annuel le plus élevé en août (1,2% contre 1,3% en juillet), suivis des biens industriels hors énergie (0,3% contre 0% en juillet), de l’alimentation, boissons alcoolisées & tabac (-0,3% stable par rapport à juillet) et de l’énergie (-2% contre -1% en juillet).
L’institution monétaire de Francfort pourrait ainsi mettre en place un programme de rachats d’actifs pour booster l’économie. Une alternative évoquée dernièrement par son président Mario Draghi. Cette «action consisterait à injecter des liquidités dans le système financier de l’Union monétaire. Mais le risque d’affaiblir l’euro ne serait pas exclu!», préviennent les experts.
Comment expliquer la crainte des économistes par rapport à la déflation? Les analystes  proposent plusieurs interprétations. Marquée par une baisse générale des prix, celle-ci pourrait être néfaste pour l’économie. Les consommateurs pourraient suspendre leurs achats dans l’espoir de baisse des prix. En ce qui concerne les entreprises, elles seront contraintes à diminuer leur production pour s’adapter à la demande. Conséquences: baisse des salaires suivie immédiatement d’une chute de la demande et des prix.
Pour les conjoncturistes, un taux de chômage élevé peut aussi avoir un impact à la baisse sur les salaires et les prix. Le taux de chômage s’est établi en juillet dernier à 11,5% dans la zone euro et 10,2% dans l’UE28 (Source Eurostat). C’est en Allemagne et en Autriche que  les taux de chômage les plus faibles ont été enregistrés (4,9% chacun). Les taux les plus élevés sont signalés en Grèce (27,2% en mai 2014) et en Espagne (24,5%).
F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc