×
+ L'ÉDITO
Par Khalid BELYAZID
Le 29/11/2021
Explications

A la moindre blessure, on coupe tout le membre pour éviter la gangrène; c’est la médecine du Moyen...

+ Lire la suite...
Recevoir notre newsletter

Médiation
«Tous les litiges peuvent être soumis à la conciliation»

Par L'Economiste | Edition N°:4345 Le 27/08/2014 | Partager
Intégrer la médiation dans la politique interne des entreprises
La sensibilisation via les canaux médiatiques, une nécessité

M’hamed Berrada Rhzioual

- L’Economiste: Comment peut-on encourager la médiation?
- M’hamed Berrada Rhzioual, ancien-magistrat: Tout d’abord, il faut noter que tous les litiges peuvent être soumis à la conciliation. En cas d’accord, une convention qui mettra fin aux contestations sera dressée. Au besoin, par une procédure judiciaire, une décision de justice d’exécution forcée pourrait être prononcée. La prospérité et la prolifération de la médiation dans la région de Fès-Boulemane et de ses bénéfices dépendraient de la professionnalisation de la médiation via le respect de la libre volonté des parties, qui choisissent la solution adéquate à leur conflit. Il faudrait aussi assurer la qualité de la médiation par une formation qualifiante des médiateurs, la neutralité, l’impartialité et l’indépendance, ainsi que la présentation et l’explication de la médiation professionnelle aux dirigeants et aux responsables des ressources humaines des sociétés.
- Pourquoi les entreprises n’ont-elles pas encore ce réflexe?
- Outre la sensibilisation, il faut créer une synergie entre les avocats et les médiateurs pour réussir ce processus de la médiation. L’amélioration de la coordination entre les départements contentieux ou juridiques des entreprises et les centres nationaux de médiation et d’arbitrage serait également d’un grand apport. Aussi, il faut donner plus d’importance à inclure des clauses de la médiation au texte des contrats, et cela dans le cadre de la préservation des relations de la société, à moyen et à long terme, avec ses partenaires. La formation dès le jeune âge n’est pas en reste. Je crois qu’il faut mettre plus de lumière sur ces modalités de résolution de conflits dans le système d’enseignement marocain, pour que les futurs lauréats puissent prendre conscience et bénéficier de leurs avantages. Enfin, pour encourager les investissements étrangers et promouvoir l’activité économique, un texte de loi insérant la médiation judiciaire surtout dans les cas des litiges commerciaux semble être une nécessité. En cas de médiation bancaire, le comité de médiation ne doit pas exercer des pressions sur le médiateur bancaire.

Propos recueillis par Y. S. A

La suite est réservée à nos abonnés.

Dèjà abonné ? S'abonner pour lire la suite