×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Rabat tire les leçons du retrait de Veolia

    Par L'Economiste | Edition N°:4342 Le 22/08/2014 | Partager
    Un nouveau cahier des charges adopté pour la gestion des déchets
    Le prochain marché sera éclaté en deux lots: la pré-collecte et la collecte

    La totalité des conventions des sociétés de collecte des déchets ménagers dans la région arrive à terme en 2015. Les autorités locales promettent une nouvelle génération de contrat de gestion déléguée.

    Rabat veut tirer les leçons de la mauvaise expérience de la gestion déléguée de ses déchets, le retrait de Veolia en 2012 ayant été la parfaite illustration. L’opérateur français a été remplacé par Ozone à Hassan et Averda à Yacoub Al Mansour. Ces derniers sont présents sur le secteur avec Tecmed (Agdal, Hay Ryad, Youssoufia et Souissi) et Sita El Beida chargée de la collecte  des déchets verts et des gravats. Tous ces contrats arriveront à terme début 2015.
    La ville veut profiter de la relance de prochaines conventions pour introduire une nouvelle approche et éviter ainsi les déboires du passé. Un nouveau cahier des charges a été adopté la semaine dernière par le Conseil de la ville dans le cadre de la session de juillet, une session où la moitié des élus ne se sont jamais présentés. «La nouveauté  de ce cahier des charges est la séparation entre l’opération pré-collecte et celle dédiée à la collecte», indique Abdelmounime El  Madani, adjoint du maire de Rabat. Pour lui, cette scission des opérations est un moyen d’avoir une maîtrise de la conteneurisation, une étape importante de la chaîne. Le processus de sélection des futurs prestataires se fera en deux étapes: il y aura d’abord un appel d’offres portant sur le lot de la pré-collecte dans lequel l’adjudicataire devrait définir un plan de conteneurisation», explique El Madani. Et d’ajouter, «ce plan sera considéré comme un document contractuel dans le second lot réservé à la partie collecte».
    Toujours pour renforcer le contrôle, le cahier des charges prévoit une gestion informatique des conteneurs et à distance pour l’exploitation des camions et engins des futurs opérateurs. Parallèlement à l’adoption du nouveau cahier des charges pour la pré-collecte,  la wilaya a lancé un appel d’offres pour l’élaboration  d’un plan directeur interpréfectoral qui couvre Rabat, Salé, Skhirat et Temara. Un travail  confié à la Société d’environnement et de génie urbain. «Il est demandé d’établir un état des lieux de la gestion des déchets ménagers et assimilés en intégrant les différents aspects techniques, économiques et  environnementaux», signale Mustapha Brakez, directeur et gérant de la société. Il faut également formuler des orientations en matière de gestion de ce secteur. «Dans le cadre de ce travail on devrait aussi réaliser un  audit du fonctionnement de la décharge d’Oum Azza», ajoute Brakez.

    La dissuasion effective par les pénalités

    «En dépit de l’augmentation du budget alloué, plus de 180 millions de DH par an, la qualité des prestations ne s’est pas améliorée, particulièrement dans  le centre-ville, les quartiers Hassan, Youssoufia et Agdal», regrette un responsable de la commune. En attendant la mise en application du nouveau cahier des charges de la gestion déléguée des  services de propreté, le nouveau wali de Rabat passe au renforcement du contrôle par l’application des pénalités. «Dans ce cadre, plus de 3 millions de DH ont été défalqués des recettes dues aux opérateurs qui ne respectent pas les dispositions du contrat», rappelle notre source. Pour cette dernière, la poursuite de l’application des pénalités va contraindre les futurs opérateurs à respecter leurs engagements. Mais en contrepartie, la wilaya devrait respecter les échéances de règlement des factures des opérateurs et impliquer des citoyens dans la propreté de leur ville. 

    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc