×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Gaza: Nouvelle trêve de 5 jours

    Par L'Economiste | Edition N°:4339 Le 15/08/2014 | Partager
    Le cessez-le-feu prendra fin mardi prochain
    Palestiniens et Israéliens en profiteront pour négocier au Caire

    La nouvelle trêve de 5 jours semble vouée à l’échec. Quelques heures après son entrée en vigueur, l’armée israélienne a mené 4 raids sur la bande de Gaza, en riposte à des tirs de roquettes depuis l’enclave palestinienne

    A trois heures de l’expiration de la trêve de 72 heures entrée en vigueur lundi dernier, Palestiniens et Israéliens sont parvenus mercredi à un accord pour prolonger le cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Il s’agit d’une trêve de 5 jours qui doit durer jusqu’à mardi prochain, le temps que les deux parties poursuivent les négociations sous l’égide des services de renseignements égyptiens. Les pourparlers pourraient n’aboutir à rien. Ils continuent de se heurter à la levée du blocus imposé depuis 2007 par Israël. En effet, les Palestiniens, qui ont envoyé au Caire des représentants du Jihad islamique, du Hamas et de l’Organisation de libération de la Palestine, font de la levée de ce blocus une condition sine qua non au retour de la paix. Le dirigeant du Hamas à Gaza a d’ailleurs profité de son passage à la télévision de son mouvement pour rappeler qu’il n’y aura cessez-le-feu qu’avec la levée du blocus, ajoutant que les sacrifices du peuple palestinien interdisent au Hamas de renoncer à ses exigences». Aussi, la volonté d’Israël de démilitariser Gaza complique davantage les pourparlers. De leur côté, les médiateurs égyptiens proposent que la zone-tampon de la frontière de la bande de Gaza avec Israël soit graduellement rétrécie et placée sous la surveillance des forces de l’ordre de l’Autorité palestinienne. Selon les négociateurs palestiniens, Israël consentirait à alléger les restrictions à deux points de passage de la frontière, l’un pour les personnes, l’autre pour les biens. Mais ce dernier devrait être sous supervision internationale. 
    En attendant de trouver un accord définitif, cette nouvelle pause de 5 jours semble déjà vouée à l’échec. Quelques heures après son entrée en vigueur, l’armée israélienne a mené 4 raids sur la bande de Gaza, en riposte à des tirs de roquettes depuis l’enclave palestinienne. En fait, Israël ne semble pas prêt à lâcher prise. Le chef d’état-major de son armée a prévenu que «l’opération n’était peut-être pas terminée». Une menace qui ne fait pas peur au Hamas, a rétorqué un de ses porte-parole à Gaza.
    H. B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc