×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Tribune

Comment valoriser notre capital humain
Par Mansour BELKHEIRI

Par L'Economiste | Edition N°:4331 Le 04/08/2014 | Partager

Le système éducation-formation marocain fait l’objet de sévères critiques, entre autres: l’inadéquation formation-emploi,

Mansour Belkheiri est professeur universitaire et chef de brigade du contrôle fiscal

l’existence de diplômes générateurs de chômage, le rejet de la responsabilité sur autrui, l’absence de la culture de résultats, la carence d’une vision stratégique crédible.
Le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique, mis officiellement en place par le Souverain le 16 juillet 2014, est sensé justement répondre aux attentes largement exprimées pour que le système d’enseignement puisse jouer le rôle de levier de développement.
Par sa composition plurielle et sa démarche participative, le Conseil constitue désormais «un espace de veille, de débat et de propositions constructives».
Le Conseil, en tant qu’institution constitutionnelle, qui était en veilleuse depuis bien longtemps, va-t-il, enfin, remédier aux  irrégularités constatées? Le conseil  est-il capable, cette fois-ci, de conduire à l’adhésion et à l’implication de tous pour apporter une valeur ajoutée collective en termes d’expertise et de savoir faire? Les pistes de réflexion sont très nombreuses. Il est permis de les ramener à l’essentiel, sachant pertinemment que la tâche est lourde et qu’il n’y a pas de baguette magique en la matière.
1 - Le système de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique constitue une question stratégique touchant tout un chacun. La conception d’un système éducatif  performant et efficace ne pourrait se réaliser sans une forte mobilisation des synergies. Les discours idéologique et démagogique menant  à des discussions  stériles paralysantes sont à écarter.
2 - La valorisation qualitative du capital humain représente le créneau stratégique du Maroc où  il faut cibler l’intervention et investir davantage. D’ailleurs, l’avenir de la compétition internationale, c’est bien l’investissement en priorité dans le savoir-faire et la formation qualitative. Le monde actuel est marqué par des changements accélérés de tout bord, et tout se base désormais sur la matière grise, clef du succès.
3 - L’établissement d’un véritable partenariat entreprises-universités  constitue un puissant vecteur de développement pour affronter les défis de tous horizons. Aussi, une adéquation formation-emploi est une nécessite inéluctable pour  rapprocher autant que possible la théorie de la pratique.
Dans ce cas de figure, la dispense d’une formation à la fois académique et opérationnelle adaptée à la nouvelle donne devient la règle. Il n’est question de délivrer, dès lors, que des diplômes qui ont des  valeurs  sûres permettant, de surcroît, à leur détenteur la protection contre le virus du chômage.
4 - La création effective d’un Centre de recherche scientifique Marocain (CRSM) est capitale pour rassembler les initiatives dispersées dans une seule communauté où une attitude commune s’impose à l’ensemble. Chaque adhérent  doit renoncer à une part de son individualisme afin de cultiver «l’affectio societatis» qui est à la base de tout groupement.#img1##
Inutile de créer un tel centre de recherche si ce n’est que pour une question de prestige. Encore faut-il le doter de moyens humains, financiers et organisationnels adéquats pour qu’il puisse mener à bien sa tâche.
Les compétences, installées au Maroc et la diaspora marocaine sont à motiver et à  encourager pour les faire adhérer à œuvrer en faveur de cette mission noble de recherche. Par une contribution efficace et fructueuse d’ensemble public - privé (financement, cadres, expertise,….), on pourrait atteindre de précieux objectifs qui s’orientent prioritairement vers les activités porteuses d’avenir.
Chaque entreprise citoyenne, quelle que soit sa taille, doit s’engager à consacrer un pourcentage de son chiffre d’affaires à la recherche envisagée moyennant des déductions en matière fiscale. Apparemment, ladite recherche scientifique paraît logique et simple, mais en réalité des difficultés surgissent. Aussi une mobilisation des bonnes énergies s’impose-t-elle: Etat, entreprises, banques, collectivités locales, université, société civile.
5 - Encore faut-il veiller à la rigueur en matière de gouvernance,  notamment  la responsabilisation, le suivi de la stratégie assignée et, enfin, le contrôle  pour évaluer les  résultats obtenus.
Des mesures innovantes d’accompagnement sont à traduire en pratique en termes de sensibilisation, d’orientation, de soutien, etc.,  pour agir sur les mentalités et comportements archaïques. Car, pour relever les défis, il ne s’agit pas simplement de gérer de manière intelligente l’existant pour sauvegarder les acquis, mais de créer, de prendre des initiatives, de s’adapter aux mutations imprévues, et d’être, enfin, en mesure d’évoluer.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc