×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Valorisation des déchets
Le Maroc veut profiter de l'expertise internationale

Par L'Economiste | Edition N°:4286 Le 29/05/2014 | Partager
Des experts de 30 pays à Fès les 2 et 3 juin
Objectif: sensibiliser les décideurs politiques au développement durable

LES ordures ménagères sont des déchets issus de l'activité domestique quotidienne des ménages, c'est-à-dire des restes alimentaires ainsi que des déchets des activités économiques. Y figurent verre, matière plastique, carton… soit des résidus potentiellement recyclables qui pourraient certes générer des revenus, mais aussi participer au développement durable. C’est dans cette optique qu’un colloque international sous le thème «eau, recyclage et valorisation des déchets» (ERVD’2) se tiendra les 2 et 3 juin à Fès.
Organisée conjointement par le Groupe de réflexion sur le développement durable (GRDD)  et  le Groupe de recherche QHSE-RG de l’Université Sidi Mohammed Benabdallah de Fès (USMBAF), cette rencontre «vise à consolider les acquis de la 1re édition, notamment, pour ce qui est des partenariats inter-laboratoires, entre ces groupes de recherche et l’industrie, entre universités, etc.», indique Farid Zerrouq, Pr. en génie des procédés et de l’environnement (EST) et initiateur de l’évènement. Selon lui, ce forum serait aussi l’occasion de «sensibiliser les décideurs, opérateurs économiques et politiques, sur les enjeux du recyclage des déchets, le développement durable, et la promotion de la recherche scientifique dans les domaines du traitement des eaux et de la gestion, le recyclage et la valorisation des déchets».
Des experts représentant près d’une trentaine de pays, dont la France, l’Espagne, la Belgique, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les USA, le Canada… sont conviés à cette rencontre de deux jours. Le but est de renforcer les échanges scientifiques et expériences entre les différents chercheurs nationaux et internationaux, et présenter les dernières avancées scientifiques et technologiques dans ces domaines. «Le congrès veut contribuer au débat qui est déjà engagé dans ce domaine, en mettant l’accent sur le rôle que joue, ou que devrait jouer l’université pour, notamment, sensibiliser à l’importance de la gestion des déchets dans un contexte de développement durable pour notre société et pour toute l’humanité», explique Zerrouq. Le programme comprend conférences, débats, expositions, signatures de conventions et hommages. S’agissant du volet académique, les plénières seront consacrées aux thématiques de «l’eau: ressources et gestion, traitement, énergie et environnement», et «le recyclage et valorisation des déchets», entre autres. L’accent sera mis aussi sur «la technologie et les méthodes innovantes pour le traitement des eaux et la valorisation des déchets», ainsi que «les procédés catalytiques». Un comité scientifique regroupant des experts du Maroc, Malaisie, France, Bulgarie, Japon, et Allemagne, sera mis à contribution. Tous s’accordent que les bénéfices économiques et environnementaux du recyclage sont considérables. «Il permet de protéger les ressources, de réduire les déchets, de créer des emplois, de protéger la nature et d'économiser les matières premières…», souligne l’initiateur du forum. Signalons qu’en marge de cette rencontre, le GRDD organise un workshop sur «la qualité de l’enseignement supérieur, une question de bonne gouvernance», le 4 juin. «Ce serait l’occasion de signer une convention de partenariat entre le GRDD et l’entreprise PAC, et un avenant à l’accord de partenariat entre les universités de Fès et de Kuala Lumpur, Malaisie», conclut Zerrouq.

Impact

Le recyclage a un impact important sur l’environnement. En effet, chaque tonne de matière plastique recyclée permet d'économiser 700 kg de pétrole brut. Le recyclage de 1 kg d'aluminium peut économiser environ 8 kg de bauxite, 4 kg de produits chimiques et 14 kWh d'électricité. Chaque tonne de carton recyclé fait économiser 2,5 tonnes de bois; chaque feuille de papier recyclé fait économiser 2,5 W d'électricité en plus de 15 g de bois. Aussi le recyclage des déchets ménagers permet d’éradiquer le lixiviat et transformer le biogaz en énergie.

Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc