×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Ports: 1,8 milliard de DH d’investissement

Par L'Economiste | Edition N°:4285 Le 28/05/2014 | Partager
Une première tranche du plan 2014-2018
Objectif: augmenter l’offre portuaire
Et être en phase avec les stratégies sectorielles

Plusieurs chantiers sont en cours de réalisation au port de Casablanca. Outre les travaux d’aménagement pour renforcer l’offre portuaire, il s’agit de réhabiliter l’enceinte avec son environnement urbain.

Pas moins de 785 millions de DH ont été engagés l’année dernière par l’Agence nationale des ports (ANP). Le détail de ces investissements ainsi que les projections pour l’année en cours ont été examinés, la semaine dernière, par le conseil d’administration de l’Agence. Pour cette année, il est prévu la réalisation de 1,8 milliard de DH. Un investissement qui fait partie du plan 2014-2018 dont le montant global est estimé à 6 milliards de DH. Le tout «pour développer l’offre portuaire et être en phase avec les stratégies sectorielles», précise l’ANP. Dans le détail, il s’agit de répondre aux besoins du transport maritime, en particulier la hausse attendue des échanges extérieurs. Mais la consolidation des actions de régulation des activités et des opérateurs portuaires n’est pas en reste. Ceci, à travers des projets structurants qui ont concerné plusieurs ports du pays. Au cours de l’année 2013, ces projets ont porté sur l’approfondissement du chenal et du bassin du port de Casablanca, qui a nécessité une enveloppe de 86,2 millions de DH, et les travaux d’aménagement des ports de Safi, de Nador, d’Al Hoceima et d’Agadir. Dans le même cadre, l’ANP a poursuivi la réalisation des projets d’infrastructures déjà lancés, dont l’épi d’arrêt de sable au port de Sidi Ifni d’un coût de 267 millions de DH, l’extension de la desserte nord du port de Casablanca (489 millions de DH) et de celle du quai  nord d’Agadir.
Au chapitre de la régulation portuaire, l’année écoulée a été surtout marquée par le bouclage de la concession du terminal à conteneurs TC3 du port de Casablanca (voir encadré). La convention de cette concession a été signée le 4 février 2013. S’ajoute aussi la mise en conformité avec la loi sur la réforme portuaire des  terminaux exploités par l’OCP. La signature des documents relatifs à cette concession ayant intervenu en décembre dernier.    
Seul bémol, l’activité des ports gérés par l’ANP s’est quelque peu estompée l’année dernière. D’après l’exposé présenté par la directrice générale au conseil d’administration, le trafic a porté sur un volume de près de 68 millions de tonnes, en baisse de 4,6% par rapport aux réalisations de l’année 2012. Un retrait qui s’explique par la contraction des achats des céréales, du charbon et des expéditions des engrais. Mais pour ce qui est du trafic du charbon et des engrais, l’Agence explique le recul par les travaux d’extension des infrastructures dédiées au port de Jorf Lasfar. Cet arrêt a surtout pénalisé les exportations des engrais dont le volume a chuté de plus de 17%. Par contre, le repli des flux du charbon a été compensé par les achats de fuel spécial, notamment par la branche électrique de l’Office national d’eau et d’électricité. Cet organisme utilise en effet l’essentiel des importations de cet hydrocarbure.   
Cependant, il est relevé une légère hausse de l’activité conteneurs dont le niveau a frôlé un million de boîtes.

Le TC3 propulse les finances

Pour l’année 2013, les indicateurs financiers de l’Agence restent orientés à la hausse. Le chiffre d’affaires s’est établi à 2,7 milliards de DH, en hausse de 130%. Mais sans l’apport de la concession du terminal à conteneurs (TC3) du port de Casablanca, ce chiffre n’aurait augmenté que de 4,4%. Le ticket d’entrée de cette concession s’élève en effet à 1,5 milliard de DH. La valeur ajoutée a été multipliée par 2,5 à  2,4 milliards de DH et le résultat net a atteint 1,1 milliard de DH, soit six fois par rapport à 2012. Un résultat qui aurait atteint à peine 265,3 millions de DH sans le produit de la dernière concession.

A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc