×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Brasseries du Maroc dévoile son plan de bataille

    Par L'Economiste | Edition N°:4285 Le 28/05/2014 | Partager
    Elle va absorber Branoma et Brasseries de Tanger
    L’industriel va renforcer son activité dans l’eau et l’huile d’olive
    Net rebond des résultats attendu en 2014 malgré un début d’année difficile

    En réponse à une conjoncture difficile, Brasseries du Maroc va fusionner avec deux filiales pour notamment rationaliser ses coûts. Cette optimisation devrait permettre d’améliorer les résultats dès cette année. La société prévoit une hausse de 9,3% de l’excédent brut d’exploitation à 625 millions de DH en 2014. Source SBM

    Le spécialiste de la bière va absorber deux de ses filiales en réponse à la détérioration de son activité. Le gendarme de la Bourse vient de donner son accord pour l’augmentation de capital de Brasseries du Maroc (SBM) par absorption de Branoma. La fusion avec Brasseries de Tanger va suivre. SBM va émettre 4.452 nouvelles actions à un prix unitaire de 2.024 DH. La parité d’échanges est fixée à 9 actions SBM pour 11 actions Branoma. Les échanges de titre s’effectueront le 20 juin prochain. L’opération est valorisée à 494 millions de DH.
    Le rapprochement entre les deux entités est censé simplifier et rationaliser les structures opérationnelles. Surtout, la fusion devrait permettre une meilleure maîtrise des coûts. SBM assiste depuis quelques années à un effritement de sa rentabilité. L’excédent brut d’exploitation a baissé de 12% en deux ans passant de 647 à 572 millions de DH. Le résultat net a lui décroché de 24% sur la même période.
    Le durcissement de la fiscalité sur les produits alcoolisés a fortement pesé sur l’activité de l’industriel. SBM est le principal opérateur sur le marché de la bière avec plus de 95% de part de marché. En dehors de l’effet prix, la coïncidence des mois de Chaâbane et Ramadan avec l’été – une période de haute consommation – réduit également l’activité de l’entreprise. Cette contrainte sera dépassée avec l’éloignement de ces mois sacrés de la période estivale. Cela dit, le groupe doit faire face à une nouvelle difficulté. L’arrêt de la commercialisation de l’alcool dans plusieurs surfaces et la fermeture de certains points de vente CHR (cafés, hôtels, restaurants) vont pénaliser le business. C’est déjà le cas avec la contre-performance enregistrée sur les deux premiers mois de l’année.
    Toujours est-il que SBM anticipe un rebond de ses résultats cette année. Elle prévoit une augmentation de 9,8% du chiffre d’affaires à 2,5 milliards de DH. L’excédent brut d’exploitation devrait atteindre 625 millions de DH en hausse de 9,3% et les bénéfices 339 millions de DH en amélioration de 25%. L’industriel mise sur une politique commerciale et marketing plus agressive et sur la diversification de son offre pour inverser la tendance de ses résultats. Brasseries du Maroc compte se renforcer sur les marchés de l’eau minérale et d’huile d’olive. Elle table sur un doublement de son chiffre d’affaires sur l’huile d’olive cette année à 11 millions de DH et une augmentation de 25% des revenus sur la partie eau à 91,2 millions de DH.
    F. Fa

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc