×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Entreprises

Pipeline OCP: Les derniers tests avant le démarrage

Par L'Economiste | Edition N°:4285 Le 28/05/2014 | Partager
Un investissement de 4,5 milliards de DH
A terme, une économie de 1.000 GWh et 4 million de m3 d’eau par an

Le pipeline reliera directement les mines de phosphates de Khouribga au terminal de Jorf Lasfar. Il parcourt plus de 230 km, traversant 23 communes rurales et une commune urbaine.

Dernière  ligne droite pour le mégaprojet du pipeline du groupe OCP. Les ingénieurs turcs du groupe Tekfen planchent en ce moment sur les derniers tests de sécurité avant le lancement de ce projet stratégique pour le groupe. Montant global de l’investissement: 4,5 milliards de DH. De sources concordantes, l’inauguration officielle du minéroduc est imminente.
Le pipeline s’étend sur 235 km pour un diamètre de 900 mm. Ses installations traversent 23 communes rurales et une commune urbaine. Les équipements sont entièrement ensevelis à 2 mètres de la surface.
Ce projet dont les travaux ont démarré il y a plus de 3 ans est destiné au transport hydraulique de toute la production en phosphate des mines de Khouribga vers le complexe industriel de Jorf Lasfar. Le minéroduc vient répondre à une logique d’optimisation des coûts et de compétitivité du numéro un mondial des phosphates.  «La philosophie économique de l’Office va s’attaquer aux projets qui répondent le plus aux exigences des vérités économiques, des coûts et des prix du marché, pour rester compétitif», soutient le management.
Cette nouvelle approche logistique a également comme objectif d’augmenter la capacité de production de l’OCP à 38 millions de tonnes par an (contre 18 millions de tonnes actuellement) dans la région de Khouribga, tout en réduisant les coûts de transport. Le process permettra justement la réduction de l’impact environnemental et, dans la foulée, un gain considérable d’énergie: 1.000 GWH et près de 3 à 4 millions de m3 d’eau par an. Une fois opérationnel, le pipeline évitera l’émission de 900.000 tonnes de CO2. Il devra aussi libérer le tonnage transitant par le port de Casablanca.
Concrètement, les phosphates bruts en provenance des mines de Khouribga seront enrichis dans 4 unités de traitement par lavage flottation. Ces unités sont équipées de broyeurs et d’épaississeurs permettant de préparer la pulpe de phosphate pour le transport hydraulique. Les pulpes sont ensuite stockées dans les laveries puis pompées via des pipelines secondaires jusqu'à une station de collecte située à Mrah Lahrach (province de Khouribga). Elles alimenteront après le pipeline principal avant d’arriver au site industriel de Jorf Lasfar où elles seront placées dans une station terminale équipée de réservoirs de stockage.  
En tout et pour tout, la réalisation du projet a mobilisé plus de 50 entreprises sous-traitantes du contractant turc Tekfen, 36 entreprises locales et 15 sociétés étrangères. L’effectif total aura atteint 3.017 employés locaux et 365 étrangers. Ce sont exactement 776 machines qui ont été mobilisées dont 585 appartenant à Tekfen et 191 aux sociétés sous-traitantes.
Amine ATER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc