×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Villes attractives: Londres détrône Paris

    Par L'Economiste | Edition N°:4280 Le 21/05/2014 | Partager
    La capitale française quitte le club des 5 premières villes mondiales
    La 7e ville la plus chère du monde, selon PwC

    Paris passe de la 2e à la 4e place en termes de puissance économique en 2014, en raison notamment des charges qui pèsent sur les entreprises et de la faible croissance du PIB

    Avec un recul de 2 places, Paris quitte le club des 5 premières villes mondiales (avec Stockholm),  selon le classement «Cities of Opportunity 2014» établi par PwC, et qui met 30 villes en compétition.  Elle demeure néanmoins parmi les 10 meilleures pour 7 des 10 indicateurs, avec une amélioration dans les domaines de la santé et de la sécurité, soulignent les auteurs de l’étude.
    La ville lumière est en tête dans les domaines du capital intellectuel et de l’innovation, juste devant Londres. Elle supplante Stockholm et Toronto, classées respectivement aux 1re et 2e places en 2012.
    En termes de puissance économique, Paris ne fait pas le poids. Elle  passe de la 2e à la 4e place cette année, «en raison notamment des charges qui pèsent sur les entreprises et de la faible croissance du PIB, liée à la situation économique européenne». Elle demeure toutefois la ville la plus dynamique de la zone euro, grâce à des résultats relativement bons sur divers critères: «3e concernant le nombre de sièges sociaux des entreprises du Fortune Global 500, devant New York ou Londres, et 5e pour la productivité et l’embauche dans les services financiers et commerciaux». Quelques bémols existent néanmoins. Paris se place au 20e rang pour l’accès à Internet dans les écoles et se classe à la 11e place pour les compétences en mathématiques et sciences.
    La ville chute de surcroît de la1re à la 7e place dans l’indicateur «démographie et qualité de vie». Cette chute émane en partie de l’inclusion de deux nouvelles variables : «la facilité des déplacements quotidiens et l’attrait pour s’installer dans une ville, tirées de l’enquête de PwC auprès de 15.000 de ses employés situés partout dans le monde».
    Paris siège dans le tiers inférieur en termes de coûts. Elle termine 25e sur le plan des charges locatives professionnelles, devant Londres, soit 4 places plus bas qu’en 2012, 26e concernant le taux d’imposition des entreprises et 28e pour le coût de la vie. Cependant, la 9e place pour l’indice iPhone et la 8e pour le pouvoir d’achat indiquent que le coût de la vie plus élevé des Parisiens est compensé par des salaires plus importants, qui permettent de maintenir une bonne qualité de vie, selon les conclusions de PwC.


    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc