×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Le plan Benabdallah pour l'habitat

    Par L'Economiste | Edition N°:4280 Le 21/05/2014 | Partager
    Lancement du dispositif pour la classe moyenne
    Les 1ers appartements livrables l'an prochain

    «Des familles se déclarent en cessation de paiement, soit par réalité économique, soit par mimétisme. Nous commençons également à assister, malgré un taux de sinistralité extrêmement faible des clients du Fogarim, à un repli des banques sur le logement social», a indiqué le ministre

    Nabil Benabdallah est conscient que la courbe de l’habitat, particulièrement social, pique du nez.  L’engouement d’il y a quelques années pour ce segment semble volatilisé. Le ministre de  l’Habitat et de la politique de la ville, qui était l’invité du Club de L’Economiste de Rabat, relativise la situation.  «La situation est mitigée et un climat de relative morosité est visible dans certains villes. C’est l’habitat social qui portait le volume des ventes. Aujourd’hui, nous avons produit plus de 300.000 unités. Nous sommes probablement en phase de quasi-saturation dans certaines villes. D’ailleurs, dans la même ville, la concurrence commence à jouer sur des programmes. Des opérateurs proposent des cuisines équipées, d’autres des ascenseurs, des appartements à 70 mètres carrés au lieu de 55», a souligné Nabil Benabdallah. Mais attention, cela ne veut pas dire que tout le monde est servi. Les ménages sans logement, en situation difficile, existent. «Des familles se déclarent en cessation de paiement, soit par réalité économique, ou par mimétisme. Nous commençons également à assister, malgré un taux de sinistralité extrêmement faible des clients du Fogarim, à un repli des banques sur ce support», précise-t-il. Pour lui, «les banques privées se sont désengagées, laissant essentiellement les deux institutions publiques, le CIH et la BCP, se charger du financement du logement social». Il est en négociation  avec le secteur bancaire, pour trouver une solution de rechange.
    En attendant, pour booster le secteur, le ministère a mis en place le logement pour la classe moyenne. Une convention pour la réalisation de 20.000 unités a été signée avec la Fédération nationale des promoteurs immobiliers. Les premiers appartements pour la classe moyenne seront disponibles dès le début de l’année prochaine.


    M. C.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc