×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Politique Internationale

C’est la guerre à Boko Haram

Par L'Economiste | Edition N°:4278 Le 19/05/2014 | Partager
Un plan soutenu par les Africains et les Occidentaux
Des sanctions internationales dès cette semaine

La guerre est déclarée à Boko Haram. Le Nigeria et ses voisins ont adopté, samedi dernier lors d’un mini-sommet africain à Paris, un plan de lutte contre ce groupe islamiste armé. Les pays africains ont le total soutien des Occidentaux. D’ailleurs, c’est le président français François Hollande, hôte du sommet, qui a annoncé l'adoption d'un plan global régional. Il prévoit «la coordination du renseignement, l'échange d'informations, le pilotage central des moyens, la surveillance des frontières, une présence militaire autour du lac Tchad et une capacité d'intervention en cas de danger», rapporte l’AFP. Concrètement, les chefs d'Etat ont décidé de procéder à des «patrouilles coordonnées, de partager le renseignement, d'échanger des informations sur les trafics d'armes et de mettre en place des mécanismes de surveillance des frontières». Ils se sont également engagés «à élaborer dans un second temps une stratégie régionale de lutte contre le terrorisme, dans le cadre de la Commission du bassin du lac Tchad».
Des sanctions internationales à l'encontre de Boko Haram par l'ONU ont également été évoquées lors du sommet. La proposition pourrait être faite dès cette semaine au Conseil de sécurité de l'ONU.
Pour Hollande, l’affaire Boko Haram est liée au terrorisme en Afrique. Il s’agit d’une «secte terroriste ayant des liens établis avec Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et d'autres organisations terroristes en Afrique», a-t-il déclaré. Selon le président français, les «armes viennent essentiellement de Libye». Plusieurs organisations aident au financement. Le sommet de Paris s’est tenu un peu plus d’un mois après l'enlèvement de plus de 200 lycéennes à Chibok (dans le nord-est du Nigeria) par Boko Haram. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France ont mobilisé des moyens humains et matériels pour collecter des renseignements. La rencontre s’est déroulée quelques heures après une nouvelle attaque dans l'extrême nord du Cameroun contre un camp de travailleurs chinois.


F. Z. T. 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc