×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Politique

Conseil national du RNI
Dernières retouches pour les structures du parti

Par L'Economiste | Edition N°:4278 Le 19/05/2014 | Partager
Elles devront être finalisées avant le 31 octobre
Les conseils régionaux à élire avant la mi-septembre
Premier bilan de la participation à Benkirane II

Conseils régionaux, Union des femmes et Chabiba, tout devra être en place avant le 31 octobre, date de la prochaine réunion du Conseil national du parti à Dakhla, a indiqué Salaheddine Mezouar, président du RNI

LE RNI veut peaufiner ses structures. C’est ce qui a été annoncé lors du dernier Conseil national du parti, tenu à Tanger, samedi dernier. Salaheddine Mezouar, président du parti, a annoncé l’intention de sa formation de procéder à la mise en place des derniers éléments. Il s’agit d’abord des conseils régionaux du parti. Ces derniers devront être élus avant le 15 septembre 2014, dead-line fixé par Mezouar aux responsables du parti dans les différentes régions pour la mise en place de ces structures, «sinon, ce sera le parti qui s’en chargera directement», dira-t-il sans détour. Quelques semaines plus tard, la formation procédera à la tenue des congrès constitutifs de l’Union des femmes, de celle des élus du RNI et de la Chabiba RNI. Tout devra être prêt, selon Mezouar, avant la tenue de la prochaine réunion du Conseil national à Dakhla prévue pour le 31 octobre. Il s’agit là d’un choix symbolique car il représente la mobilisation du parti pour la cause du Sahara marocain, décision largement plébiscitée par les plus de 700 membres présents.
La tenue du Conseil national a été aussi l’occasion pour Mezouar de dresser un bilan succinct sur la participation du parti au gouvernement Benkirane II. «La majorité gouvernementale est soudée et le travail se fait sur la base d’un respect mutuel et d’un dialogue continu», soulignera-t-il.
Mais ce sont les ministres estampillés RNI du gouvernement qui ont le plus attiré l’attention lors des discussions de ce conseil. C’est le cas de Moulay Hafid Elalamy, ministre du Commerce, de l’industrie, de l’investissement et de l’économie numérique. Ce dernier a exposé aux membres du conseil les réalisations de son département, suivi par Mohamed Abbou, ministre chargé du Commerce extérieur, de Mamoun Bouhadhoud, chargé des Petites entreprises et de l’intégration du secteur informel, ainsi  que de Fatema Marouane, ministre de l’Artisanat, de l’économie sociale et solidaire. Parmi les absences remarquées, celles de Mohamed Boussaid, en charge de l’Economie, et de Mbarka Bouaida, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères et de la coopération.
Plusieurs membres du conseil n’ont pas caché leur mécontentement quant à leurs ministres. Et ce n’est pas leur bilan qui était en cause, mais leur manque de communication. A plusieurs reprises, les membres du parti se sont plaints de l’absence de contact avec leurs ministres. Une proposition a été faite pour mettre en place une passerelle de contact permettant une communication fluide entre la base du parti et ses ministres au gouvernement. Une autre proposition a été lancée par Hafid Elalamy. Elle concerne la mise en place d’une union des économistes du RNI, afin, selon ce dernier, de profiter des potentialités dont regorge le parti et qui peuvent enrichir le débat.

Le Sahara en toile de fond

LE Sahara a monopolisé une bonne partie des débats des membres du Conseil avec à leur tête Mezouar qui porte aussi la casquette du chef de la diplomatie marocaine. Ce dernier a tenu à faire passer quelques messages. «Gare à ceux qui sous-estimeront le sentiment national des Marocains envers leur unité territoriale, une position qui risque de se retourner contre les ennemis du pays», avertit Mezouar.
La proposition d’autonomie dans les provinces du sud, présentée par le Maroc pour aboutir à une solution politique définitive au conflit artificiel autour du Sahara marocain, a ajouté le président du RNI, «découle de la conviction démocratique du Royaume et de sa volonté de dépasser les obstacles montés de toutes pièces, depuis de longues années, par les ennemis de l’intégrité territoriale nationale, qui ont essayé, sans succès, de mettre en œuvre leurs plans au détriment du Maroc et de ses citoyens dans les provinces du sud et dans le camp de Tindouf».
Pour Mohamed Aujjar, il s’agit toutefois de rester vigilants. Si le pays a marqué un joli coup avec la récente résolution des Nations Unies concernant la Minurso, le Maroc risque de recevoir d’autres attaques, d’où une mobilisation constante des efforts pour y faire face.

 Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc