×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Logistique: Et maintenant, au travail!

    Par L'Economiste | Edition N°:4276 Le 15/05/2014 | Partager
    Une batterie de contrats d’application signés, mardi 13 mai
    Une convention pour sécuriser le foncier dédié aux plateformes

    En 2014, le réseau de plateformes logistiques a été triplé dans le Grand Casablanca pour atteindre 600.000 m2

    Après la plateforme logistique du Grand Casablanca, le transport, le gouvernement a signé, mardi 14 mai, une batterie de conventions avec le privé pour l’opérationnalisation de la stratégie 2014-2020. Le premier contrat d’application, porte sur la formation aux métiers de la logistique. Le développement du réseau de plateformes logistiques nécessitera plus de 40.000 personnes qualifiées, qu’il faudra former au cours des 5 prochaines années. L’offre de formation en 2013 était à peine de 6.000 lauréats. De plus, le contenu de la formation devrait être revisité pour assurer un niveau de qualification conforme aux besoins du marché. Le contrat d’application qui a été signé s’articule autour de 17 actions, regroupées en 3 axes. Il s’agit de renforcer et de diversifier l’offre de formation pour certains profils et d’assurer une meilleure adéquation entre la demande et l’offre.
    Le deuxième contrat d’application porte sur la distribution interne. Le commerce intérieur a généré près de 10% du PIB (données de 2011) et emploie 1,4 million de personnes, pour l’essentiel dans le petit commerce, soit 13% de la population active. Le circuit de distribution actuel représente un coût estimé à 20% du prix de vente des biens. La feuille de route sectorielle permettra de réduire les coûts logistiques, de sécuriser l’approvisionnement alimentaire grâce à la maîtrise de la chaîne logistique, l’amélioration de la chaîne de froid. Le contrat d’application devrait également favoriser le décongestionnement des centres urbains, la réduction des nuisances sonores, visuelles, environnementales générées par le transport de marchandises. Pour y arriver, l’Etat s’engage à réserver des zones logistiques pour favoriser le développement d’opérateurs et de sous-traitants spécialisés dans la distribution interne. D’autres actions sont prévues telles que la réalisation d’études sur la demande en prestations logistiques et son évolution, ainsi que le lancement par l’Etat d’un premier projet-pilote pour la mutualisation du foncier des zones d’activités commerciales.
    Le troisième contrat d’application concerne les matériaux de construction. En 2013, ces produits ont constitué le premier flux au Maroc: 200 millions de tonnes pour les produits des carrières (sable, graviers, marbre…), 30 millions de tonnes de matériaux de gros œuvres (ciment, béton, acier…) et 10 millions de tonnes pour les matériaux de second œuvre (ferronnerie, plomberie, céramique…).
    97% de ces produits sont transportés par camion hors de toute norme. Le gouvernement souhaite contribuer à la massification des flux, notamment entre les sites de production et d’import et favoriser l’émergence de réseaux de distribution spécialisés. Le contrat d’application vise également à réduire la part de l’informel et favoriser l’implantation de services à valeur ajoutée près des chantiers.
    Le quatrième contrat d’application touche à l’import-export. Le défi est de réduire les coûts logistiques d’import-export à travers l’agrégation et la massification des flux, l’augmentation du pouvoir de négociation des opérateurs vis-à-vis des prestataires de logistique et l’amélioration du pavillon national dans le domaine du TIR, du transport maritime et aérien. La feuille de route vise également à améliorer la fiabilité des chaînes logistiques import-export via la modernisation des infrastructures dédiées, la simplification des procédures administratives et la réduction de la sinistralité des marchandises. Le gouvernement envisage aussi de privilégier le recours au transport multimodal, d’optimiser le trafic routier et de renforcer le contrôle des véhicules fréquentant les ports et autres plateformes logistiques. Ce qui permettra de réduire l’impact environnement de la circulation routière des marchandises.
    Les ministères des Finances et de l’Equipement ont signé une convention pour mobiliser le foncier nécessaire à la construction du réseau de plateformes logistiques près des grands bassins de consommation. L’objectif étant de soustraire le foncier à la spéculation pour la réalisation de 70 plateformes logistiques régionales sur plus de 3.300 ha, dont plus de 2.000 ha à moyen terme. Le gouvernement devrait donc mettre les bouchées doubles pour rattraper le retard accumulé depuis quatre ans.

    Voie express: Inquiétant retard

    Après plusieurs années d’attente, une convention a été signée pour la construction d’une desserte au nord du port de Casablanca vers la zone logistique de Zenata. La voie express se décline à travers deux tronçons. Le premier intra-muros, d’environ 5 km, est déjà en construction. Le second d’une longueur de 12 km environ accuse le plus gros retard au point de nourrir des inquiétudes sur un éventuel échec du projet vu qu’il implique plusieurs acteurs: Agence nationale des ports, conseil de la région, conseil de la ville, plusieurs préfectures… Les études de faisabilité ont été achevées. La construction nécessitera un budget d’environ 600 millions de dirhams. La voie express a pour objectif de permettre la circulation des poids lourds entre le port et Zenata sans passer par le centre-ville de Casablanca.

    Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc