×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique Internationale

    Nigeria/Terrorisme
    La contre-offensive contre Boko Haram

    Par L'Economiste | Edition N°:4275 Le 14/05/2014 | Partager
    Paris accueille un sommet d’urgence le 17 mai
    Cameroun, Benin, Tchad, Niger et Nigeria vont coordonner leurs actions
    Une politique globale: Américains et Britanniques déjà présents

    LE groupuscule Boko Haram continue de semer la terreur au Nigeria. Le dernier acte «abject» de ce groupuscule n’est autre que le rapt des 200 lycéennes en avril dernier qui a suscité la mobilisation massive de la communauté internationale. Son leader a «offert» la libération des 200 filles qu’il détient en otages contre la remise en liberté de ses militants emprisonnés.
    En attendant, la communauté internationale se mobilise. Le président François Hollande a proposé la tenue d’un sommet africain  consacré aux  questions de sécurité  en lien avec le groupe terroriste Boko Haram. Paris se prépare donc à cette réunion qui aura lieu samedi 17 mai.  
    La France veut pousser tous les pays voisins du Nigeria et ses partenaires occidentaux (Etats-Unis et Royaume-Uni) à  mettre en place une politique globale pour assurer plus d’efficacité. A Paris , Londres et Washington, la crainte porte sur un essaimage du groupe islamiste Boko Haram: le nord du Cameroun est devenu en l’espace de quelques mois une zone de repli pour ces terroristes. Plusieurs enlèvements se sont produits dans la zone frontalière entre le Cameroun et le Tchad. Le Niger est lui aussi confronté à des incursions qui remettent en cause l’équilibre général de régions déjà fragilisées par des situations humanitaires sensibles.
    Face à cette menace qui est omniprésente, le président nigérian Jonathan Goodluck, qui jusque-là était hermétique à toute aide humanitaire venant de l’extérieur, a fini par accepter. Le Nigeria sera accompagné d’au moins 4 autres pays voisins: le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Bénin. Ces derniers évoqueront  les problèmes de sécurité en lien avec l’activité de Boko Haram dans le pays. Le président français n’a pas hésité a convier les Américains et les Britanniques.
    De nombreux pays de par le monde ont déjà apporté leur aide pour combattre le terrorisme et retrouver les 200 lycéennes kidnappées. Des pilotes américains survolent le Nigeria en mission de surveillance et d’espionnage. Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu a aussi proposé l’aide de son pays pour «localiser» les jeunes filles enlevées. Des équipes françaises et britanniques sont sur place pour contribuer à la recherche.


    Sarrae BOUAYAD

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc