×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Europe

    Impôts: Le cadeau de Valls aux ménages modestes

    Par L'Economiste | Edition N°:4275 Le 14/05/2014 | Partager
    650.000 foyers exonérés de l’IR dès septembre
    Le débat-marathon sur le budget 2015 commence

    A l’approche des élections européennes, le gouvernement français offre un cadeau aux ménages modestes qui se sont

    p

    serré la ceinture en période de crise. «650.000 ménages qui allaient entrer dans le barème de l’impôt sur le revenu ou qui y étaient entrés sans augmentation de revenus ne paieront pas d’impôt en septembre», a indiqué le Premier ministre Manuel Valls. Tout un travail se fera avec les parlementaires dans le cadre du collectif budgétaire qui doit être présenté en juin prochain, rapporte l’AFP.
    Ce sont les bas salaires qui seront gâtés! La mesure cible les personnes gagnant autour de 1,2 à 1,3 fois le smic. Le salaire médian en France est d’environ 20.000 euros annuels.
    D’où viendront les financements? De l’avis des analystes, plusieurs pistes sont envisageables: «Une hausse de la première tranche d’impôt, une nouvelle réévaluation de la décote créée précisément pour éviter l’entrée dans l’impôt de petits revenus ou encore la mise en place d’un crédit d’impôt».
    Jusqu’à présent, Bercy prévoyait d’affecter 500 millions d’euros aux baisses d’impôt en septembre. La presse française réévalue le chiffre à près d’un milliard d’euros.
    Selon Le Monde, cette enveloppe pourrait être puisée dans «l’excédent des recettes dégagées par le service de mise en conformité des avoirs détenus à l’étranger». Tiens, tiens! Les recettes de la «régularisation» des évadés fiscaux iront à la baisse de la charge fiscale. Une belle idée à creuser de ce côté-là de la Méditerranée.
    Et les lettres de cadrage pour le budget 2015 sont prêtes. Elles définissent les dépenses et les recettes pour les trois années à venir. Les défis sont énormes d’autant plus que l’Etat devrait économiser 18 milliards d’euros d’ici la fin du quinquennat. Pour ce faire, les ministères se mettront à nouveau à la diète. Il est prévu une baisse des dépenses de fonctionnement de 15% d’ici 2017 et une réduction de 6% des subventions aux grands opérateurs de l’Etat. Les effectifs de la fonction publique pour les ministères non prioritaires seront aussi taillés (-2%).
    Pour justifier son programme, le gouvernement Valls s’appuie sur son pacte de responsabilité et de solidarité. Il prévoit de le financer avec notamment un plan d’économies de 50 milliards pour 2015-2017.
    En termes de croissance du PIB, la Banque de France (BdF) prévoit 0,2% au deuxième trimestre. Cette prévision s’approche de celle de l’Insee qui table sur une croissance de 0,3% sur la même période.

    Les fonctionnaires français dans la rue

    POUR exprimer leur grogne sur le pouvoir d’achat, les fonctionnaires participent à des manifestations partout en France. Pour les syndicats, l’annonce par le gouvernement Valls du maintien du gel du point d’indice jusqu’en 2017 est inacceptable. Une mobilisation qui se tient à la veille du deuxième anniversaire d’investiture de François Hollande.

    F. Z. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc