×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Economie

    Le chômage déteint sur le moral des ménages

    Par L'Economiste | Edition N°:4275 Le 14/05/2014 | Partager
    Plus d’un tiers des ménages s’endette pour couvrir ses besoins
    Malgré son niveau bas, l’inflation fait peur

    LE moral des ménages est au plus bas. La plupart des indicateurs relatifs à l’indice de confiance sont appréhendés avec

    Source: HCP
    Trois ménages sur quatre pensent que les prix des produits alimentaires vont augmenter dans les prochains mois. Seule une minorité insignifiante (1%) s’attend
    à une baisse des prix

    pessimisme. Même si une légère amélioration est perçue lors du premier trimestre, la dégradation des opinions reste quasi générale quant à l’emploi, l’inflation, le pouvoir d’achat ou encore la capacité des ménages à épargner. En une année, le solde des opinions relatives au niveau de vie est en recul de 6,5 points. Il se justifie, en particulier, par la perception faite de l’évolution du chômage. Plus des deux tiers des ménages anticipent en effet une hausse du nombre de chômeurs pour cette année. Ce qui est d’ailleurs corroboré par le HCP lui-même.      
    Au premier trimestre, le nombre de chômeurs a augmenté de 114.000 personnes: 74.000 en milieu urbain et 40.000 dans les campagnes. Des chiffres qui portent le nombre de demandeurs d’emploi à 1,19 million de personnes. Et le taux de chômage s’est établi à 10,2% contre 9,4% à la même période de 2013. (Voir notre édition du 5 mai 2014; www.leconomiste.com). Résultat, l’industrie qui créait annuellement 29.000 emplois a perdu en un trimestre 45.000 postes de travail.
    Parallèlement, plus de trois ménages sur quatre (78,6%) redoutent une aggravation de l’inflation. Ils pensent que les prix des produits alimentaires vont augmenter dans  le futur. Par rapport au dernier trimestre 2013, l’indicateur mesurant la perception à l’égard de l’augmentation des prix de détail s’est détérioré de 1,6 point. Il en est de même de la dégradation de la capacité à épargner. Ils sont huit ménages sur dix à déclarer ne pas pouvoir épargner au cours des 12

    Source: HCP
    Sur les cinq dernières années, l’indice de confiance des ménages a chuté de 6 points. Par rapport au premier trimestre de 2012, période d’installation du gouvernement Benkirane I, cet indice a perdu 8,8 points

    prochains mois. Le solde de cet indicateur a pratiquement stagné sur les six derniers mois et reste à un niveau négatif : -66% des opinions. Et pour cause!
    Plus d’un tiers des ménages déclare s’endetter ou puiser dans l’épargne pour subvenir à leurs besoins alors que 57% d’entre eux arrivent à couvrir leurs dépenses. Et seulement 5,8% des ménages affirment pouvoir épargner une partie de leur revenu.
    Globalement, la situation financière des ménages affiche, à l’instar de la capacité à épargner, un niveau négatif de 31 points sur une année. Aucune amélioration n’est envisagée dans le futur. Au contraire, le solde des opinions négatives se creuse de 2,9 points entre le dernier trimestre 2013 et les trois premiers mois de l’année en cours. Ce qui amène une grande part des ménages à décaler «leur intention de faire des achats de biens durables durant le premier trimestre», relève le HCP. Ils sont 54% dans ce cas alors que le cinquième pense le contraire.


    A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc