×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Régions

    Tanger: Relifting pour la Cour d’appel

    Par L'Economiste | Edition N°:4272 Le 09/05/2014 | Partager
    Doublement de la superficie pour suivre l’évolution de l’activité judiciaire
    6 millions de DH et une année de travaux

    L’attente aura valu la peine. La Cour d’appel de Tanger, située à la place des Nations, s’est offert une véritable cure de jouvence après une année de travaux. Le bâtiment accueillant cette cour a été complètement réaménagé et ce ne sont pas les usagers de ce tribunal qui se plaindront. En effet, la superficie du bâtiment a pratiquement doublé avec un ravalement de la façade pour un montant d’investissement de 6 millions de DH. La Cour d’appel de Tanger compte désormais trois étages, en plus du rez-de-chaussée, cinq salles d’audience et autant de salles de délibérations, en plus de salles d’attente et d’une salle de formation. Elle compte en plus 160 bureaux réservés aux magistrats, au personnel et aux usagers, de quoi ravir surtout les avocats qui se plaignaient de l’exiguïté des locaux qui étaient mis à leur disposition.
    La bâtisse a connu aussi un réaménagement du périmètre du tribunal, auparavant entouré d’un grillage métallique. Ce grillage a été remplacé par une bordure plantée, plus en phase avec la tendance actuelle au niveau de la ville qui tend à casser les murs de clôture et à donner plus d’air à la ville. Une tendance qui a démarré avec la corniche et qui a depuis atteint l’ensemble des constructions administratives dont la wilaya.
    L’objectif est simple, selon le ministère de la Justice. Il s’agit de renforcer les infrastructures judiciaires dans la région pour permettre aux acteurs relevant de ce département  de travailler dans des conditions optimales.
    Ce bâtiment ne correspondait plus en effet aux besoins de la ville, la vétusté des salles d’audience et de ses installations exigeait une intervention d’urgence. D’autre part, l’informatisation en cours des services de cette administration a entraîné la mise en place de câblages et de gaines à la va-vite, augmentant l’impression de désordre et de laisser aller que présentait le tribunal, une image qui est désormais, reléguée au passé. 
    De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc