×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Auto Expo: Premier test réussi

Par L'Economiste | Edition N°:4272 Le 09/05/2014 | Partager
Des baisses spécial salon allant jusqu’à… 50.000 DH
Des simulations crédits en un temps record

Les exposants tablent beaucoup sur la qualité des stands pour attirer le maximum d’acheteurs potentiels. D’ailleurs, pour la plupart des exposants, le design et l’agencement ont été réalisés  selon les standards internationaux.

AUTO Expo promet cette année. Inaugurée jeudi et ouverte exclusivement aux médias, la 9° édition de la grand-messe de l’automobile est riche en lancements. Au total, une trentaine de nouveautés: Alfa Romeo 4C,  Porsche Macan et 911 Targa, Mercedes GLA, Ford Explorer, Toyota GT-86, Honda Civic Tourer, Audi A8… La liste des révélations au salon est exhaustive.
L’autre point fort de la vitrine de l’automobile réside dans les efforts sur les prix. En effet, les importateurs-distributeurs compressent les tarifs pour écouler le maximum d’unités et renouer avec les performances de l’édition 2012. Les réductions vont de 10.000 jusqu’à 50.000 DH. Mieux encore, les établissements ont concocté des solutions spécial salon assez attractives.
Les simulations de crédits se font dans un temps record, en présence d’une armée de force de vente en renfort. Cerise sur le gâteau, les taux d’intérêt défient toute concurrence. L’on va jusqu’à… 5,6% hors taxes, du jamais-vu dans un salon de l’automobile au Maroc. Certaines sociétés de crédit ont lancé en avant-première des solutions 2.0 disponibles sur Android et IOS. Ces applications, téléchargeables sur Apple et Play Store permettent de réaliser des transactions d’achats de véhicules d’occasion en toute transparence, mobilité et accessibilité.
C’est dire que l’ensemble des exposants ont intérêt à écouler le maximum. Sopriam (Peugeot & Citroën)  par exemple table sur pas moins de 2.000 transactions pendant les 10 jours du salon, confie à L’Economiste Loïc Morin, PDG de la filiale automobile de la SNI. Pour y arriver, le groupe propose des reprises de véhicules d’occasion (VO), multimarques auprès des particuliers. Ainsi, Sopriam est le premier importateur à proposer une reprise mais conditionnée à la vente d’un véhicule neuf de marque Peugeot ou Citroën. Là encore des experts sont dédiés à l’opération pour évaluer la valeur du véhicule d’occasion.
Pour cette édition spéciale, censée servir de déclic pour la relance du secteur, les organisateurs tablent sur 250.000 visiteurs. Ce premier week-end promet d’être chaud en termes de visites et de transactions. En tout cas, à la veille de l’ouverture grand public, l’enthousiasme est général. Toutes les équipes ont été coachées pour la circonstance (commerciaux, hôtesse d’accueil, préparateurs de voitures, animateurs, patrons…). Côté agencement des stands, là encore un effort particulier a été déployé. Des designers spécialisés dans le montage de stands aux normes constructeurs ont été mobilisés, comme par exemple le stand Toyota qui s’est inspiré de l’art de l’origami nippon. Plus de 30% des stands ont été agencés par des spécialistes étrangers.
Seul bémol enregistré lors de la matinée du jeudi 8 mai, un cafouillage sans précédent à l’entrée du salon. Les organisateurs ont improvisé le volet accréditation et accès. Du coup, mécontents, beaucoup de journalistes sont rentrés bredouilles à leurs rédactions d’une journée pourtant dédiée aux médias.

Vous avez dit grand taxi!

AU-delà des rumeurs sur l’éventuel déploiement d’une nouvelle génération de grands taxis, l’Auto Expo a été l’occasion de confirmer certaines informations selon lesquelles des constructeurs s’apprêtent à signer des conventions pour la vente de flottes dédiées à la rénovation du parc de taxis du Grand Casablanca. En tout cas, la marque sud-coréenne SsangYong a consacré son modèle «Stavic» pour remplacer les anciennes Mercedes 240 vieilles de plus de 30 ans! Les premières indiscrétions parlent d’une subvention de 120.000 DH si le propriétaire du taxi garde l’ancien véhicule et de 150.000 DH si la vieille voiture passe à la casse. De sources concordantes, deux ou trois constructeurs seraient aussi sur cette opération de rajeunissement du parc de grands taxis.

Amine ATER

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]e.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc