×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Balance commerciale
    La Chine prend des parts de marché à l’Europe

    Par L'Economiste | Edition N°:4272 Le 09/05/2014 | Partager
    Elle est en tête des pays détenant la moitié du déficit
    Le solde négatif s’élève à 22,3% du PIB

    Sur une décennie, l’Europe a perdu 9,2 points dans ses transactions avec le Maroc. Une moins-value qui a été captée par la Chine et les Etats-Unis.

    Source: Office des changes

    Forte concentration par produits et par pays. C’est le constat qui se dégage du rapport de l’Office des changes sur la balance commerciale en 2013. En  dépit de leur diversité, les échanges commerciaux du  Maroc demeurent  concentrés sur trois destinations: l’Europe, l’Asie et l’Amérique. Avec la prédominance d’une vingtaine de pays gros fournisseurs. Le continent européen, en particulier l’UE, prédomine à hauteur des deux tiers à l’export et de près de 60% à l’import: 228,9 milliards de DH.  Mais sur les dix dernières années, l’Europe a reculé de 9,2 points au profit de l’Asie et de l’Amérique, notamment la Chine.
    Avec ce dernier pays, l’Asie occupe désormais le 2e  rang avec 18,7% dans le total du commerce extérieur du pays. Alors que l’Amérique vient en 3e position: 67 milliards de DH des transactions globales.
    L’année passée, le déficit a certes marqué un léger recul de 3,2% à 195 milliards de DH, dû essentiellement à la baisse des importations (1,8%) dans la mesure où l’export a pratiquement stagné à 184,7 milliards de DH. Mais son caractère structurel reste lié aux importations incompressibles de produits énergétiques et des biens d’équipement. A eux seuls, ces deux groupes de produits pèsent pour 72,4% dans le déficit global. La ventilation par pays révèle que la Chine occupe le premier rang en 2013 (moins 23,5 milliards de DH). Ceci, s’explique par les achats d’ouvrages en plastique, du tissu et fils de fibres synthétiques, du thé et divers supports magnétiques. Elle est suivie par l’Arabie Saoudite avec un solde négatif près de 23 milliards de DH constitués principalement du pétrole brut. Avec les Etats-Unis, le déficit  a dépassé en 2013 la barre de 20 milliards de DH, notamment  sous le poids des achats des céréales et autres biens industriels. L’Espagne a également développé ses exportations de produits finis énergétiques. Ce qui a hissé ce pays au 4e rang des origines qui creusent le déficit de notre balance commerciale. Entre 2003 et  2008, ce déficit a plus que doublé à 24,7% du PIB. Et la situation ne s’est que quelque peu améliorée depuis lors avec un repli de 2, 4 points de pourcentage grâce notamment aux nouveaux secteurs industriels.        
    La structure des exportations demeure prédominée par trois groupes de produits qui représentent 68% du total exporté. Il s’agit des produits finis de consommation, des matières premières semi-traitées et de l’alimentaire. Et ce sont les produits de consommation (voitures et biens d’équipement) qui s’inscrivent en progression en 2013. En revanche, les produits alimentaires ont marqué un repli de 2,6 points.
    A l’import, la baisse de 1,8% s’explique en grande partie par le recul des achats des produits alimentaires (-6,1 milliards de DH), des matières brutes et des produits pétroliers. Au total, la valeur des importations s’est établie à 380 milliards de DH contre 387 milliards en 2012.
    A. G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc