×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique Internationale

Syrie: La rébellion quitte la «capitale»

Par L'Economiste | Edition N°:4271 Le 08/05/2014 | Partager
L’accord entre le régime syrien et les insurgés appliqué
Blocus levé autour de la province d’Alep

Durant les deux ans de siège de la ville de Homs, ce sont 2.200 personnes qui sont mortes selon l’OSDH. L’armée, quant à elle, continue de faire des victimes de plus en plus nombreuses

Alors que la guerre en Syrie a fait  plus de 150.000 morts en trois ans et qu’elle continue de faire des victimes, les  rebelles ont commencé à quitter mercredi la vieille ville de Homs. Ce sont donc environ 2.250 personnes dont 1.200 combattants,  civils et blessés  qui ont quitté la ville.  C’est là l’application d’un accord inédit signé  entre le régime et les rebelles.
Conclu en présence de l'ambassadeur d'Iran, entre les représentants des rebelles et des chefs des services de sécurité des Nations unies, ce deal intervient  à moins d'un mois de la présidentielle, que Bachar al-Assad semble assuré de remporter. C’est à bord de bus aux vitres teintés, et en présence d’un représentant de l’Organisation des Nations unies (ONU) et un autre de l’ambassade de l’Iran que les insurgés quitteront le centre de la ville avec leur famille. Munis de leurs armes et de leurs affaires personnelles, ils seront  ensuite transportés vers les villes de Talbiseh et Dar Al-Kabira,  situées dans le nord de la province.
Ce repli s'effectuera en plusieurs phases, en coordination avec l'évacuation de certains habitants de Noubl et d'Al Zahraa, dans le nord, et de la livraison d'une aide humanitaire en vertu de l’application de l’un des autres points de ce même accord.  Cette opération a pour vocation d’être appliquée à tous les quartiers de Homs avec notamment  l'évacuation éventuelle du quartier de Waer, où se trouvent des centaines de milliers de personnes, dont de nombreux déplacés.
«La capitale de la révolution», comme la surnommaient les militants  au début de la révolte contre Bachar al-Assad,  représente la troisième ville du pays. Assiégée depuis plus de deux ans par l’armée, cette ville comptait en 2011 environ 800 000 habitants, dont 65 % de sunnites, 25 % d'alaouites, 7 % de chrétiens et 3 % de chiites et ismaéliens. Les rebelles n'occupaient plus que 2 km2 sur les 40 que compte Homs. C'est dans cette ville que la violence confessionnelle avait atteint son paroxysme avec une série de meurtres et représailles entre communautés.


Sarrae BOUAYAD

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc