×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Les Cahiers de l'Émergence

Pneu: Roule qui peut!

Par L'Economiste | Edition N°:4271 Le 08/05/2014 | Partager
Le prix varie de «400 à 15.000 DH»
La garantie: une affaire de date de production
Un marché hétérogène qui souffre de la contrebande

Avec un chiffre d’affaire de 24,9 millions d’euros, Bridgestone se hisse en tête des producteurs de pneumatique dans le monde au titre de l’année 2012.

Le marché du pneumatique au Maroc reste hétérogène bien qu’il existe une panoplie de représentants de petites marques qui opèrent de manière irrégulière.  Qu’elles s’appellent Bridgedstone, Pirelli, Continentale ou encore Michelin, ce sont toutes des marques de pneus importés pour la plupart d’Europe. En 2012, les importations du Maroc via une vingtaine d’importateurs représentant plus de 50 marques ont dépassé les 2 milliards de DH (cf. L’Economiste du 6 décembre 2013).
■ Disparité de marques:
Il existe sur le marché deux catégories de marques. D’une part, les marques A et qui sont Goodyear, Michelin et Bridgestone. D’autre part, les marques intermédiaires qui sont représentées par Continental, Pirelli ainsi que toute une armada de marques qui s’implantent comme les pneus Amine d’origine tunisienne qui gagnent du terrain. Ces dernières sont représentées par des importateurs occasionnels, qui opèrent souvent de façon irrégulière. Tandis que la première catégorie dispose d’une représentation structurée dans les points de vente comme Midas ou Speedy. «Nous ne vendons que des pneus en provenance d’Europe même si le marché du pneu chinois gagne du terrain», confirme un gérant dans une grande enseigne de la capital économique.
■ Prix et garantie
En moyenne le prix d’un pneu «varie entre 400 DH pour le moins cher et peut aller jusqu’à 15.000 DH pour une voiture de luxe», déclare le gérant de Speedy. Il y en a donc pour toutes les bourses et les garanties de pneu sont toutes aussi variables que le prix. En règle générale, la garantie d’un pneu se fait selon le nombre de kilomètres parcourus. Si la garantie d’un pneu est de 1 an chez les enseignes offrant des services de réparation ou autres, chez les représentants de marques tels que Pirelli, la garantie d’un pneu peut aller jusqu’à «240.000 kilomètres pour une voiture de tourisme», assure un représentant de la marque basé à Tanger.
■ Dégonfler le prix
Les promotions sur les pneus se font tout au long de l’année. Chez les enseignes représentantes de marques, qui offrent des services de maintenance automobile et qui vendent aussi du matériel pour les véhicules particuliers, les promotions sont variées. «A l’achat d’un pneu, une remise de 25% est offerte au client, pour 4 pneus une remise de 35% est faite». De leur côté les représentants de marques tels que Pirelli s’alignent sur les promotions faites par les enseignes qui revendent le matériel pneumatique.
■ Le saviez-vous?
Le pneu est muni d’une carte d’identité! La garantie d’un pneu se fait grâce à un code à 4 chiffres que l’on appelle le DOT. Ce code est une manière de renseigner sur la provenance du pneu, sur les dimensions mais aussi sur l’équipage.Toutes les marques sont dotées de ce code qui est inscrit sur le pneu. Les chiffres correspondent à la semaine de fabrication et à l’année au cours de laquelle la garantie est établie.
■ Contrebande, le gros fardeau
Bien que le marché du pneumatique ne semble pas souffrir, il reste cependant  fortement impacté par l’informel. «Bien sûr nous souffrons de la contrebande», confirme El Mostafa Ahrtmane, directeur technique de Bridgestone à Casablanca. C’est le même son le cloche chez tous les représentants de marques de pneumatique. Le marché des importateurs parallèles sévit et constitue un des grands problèmes et auquel doivent faire face les représentants de marques au Maroc. Le business des pneus usagés en provenance de l’Oriental et du Nord gagne du terrain bon an mal an. Pourtant, les pneus d’occasion sont théoriquement interdits à l’importation. Des pneus qui passent inaperçus en l’absence de contrôle rigoureux sur les routes et au niveau des centres techniques.
■ Absence d’unités de production
Au Maroc, il n’existe pas d’usine de pneus, ce qui contraint le marché à payer au prix fort des pneus importés. Pourtant, la logique voudrait que le Maroc dispose d’au moins une usine. Surtout après l’implantation de l’usine Renault-Tanger et de l’ensemble d’équipementiers autour de Melloussa. Aujourd’hui, beaucoup d’opérateurs regrettent les fermetures des sites de General Tire et Goodyear. Deux fabricants de référence qui produisaient pourtant des pneus conformes aux standards internationaux et à un prix compétitif. A l’origine de ces fermetures, les accords du Gatt qui avaient ouvert les portes à des importations massives. 

S.B.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc