×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    Infrastructures
    L’Education nationale accélère ses chantiers

    Par L'Economiste | Edition N°:4269 Le 06/05/2014 | Partager
    Un programme de construction de 1,76 milliard de DH en 2014
    141 écoles, collèges et lycées prévus cette année
    La maîtrise d’ouvrage déléguée au ministère de l’Equipement

    Le ministère de l’Education nationale prévoit un déficit cumulé de 2014 à 2016 de 713 établissements. Si dans les écoles primaires le besoin n’est pas très alarmant (26), il n’en est pas de même pour les écoles communautaires (207), collèges (284) et lycées (196).Source: MEN

    Après avoir réglé les arriérés des Académies régionales d’éducation et de formation (Aref) en débloquant près de 2,1 milliards de DH, le ministère de l’Education nationale (MEN) se penche sur son programme de constructions. Auparavant, c’était le ministère lui-même qui gérait, tant bien que mal, ses chantiers. Manquant d’effectifs, et surtout de compétences, le département de Rachid Benmokhtar, trouvait des difficultés à assurer le suivi des projets et à traiter avec les différents intervenants. Cela fait sans doute partie des raisons expliquant les retards pris sur l’exécution des projets du plan d’urgence. Pour plus d’efficience, la tâche sera désormais déléguée au ministère de l’Equipement. Une convention a récemment été signée dans ce sens. «Cela permettra au ministère de se focaliser sur son cœur de métier, à savoir l’éducation et la formation», déclare-t-on du côté du MEN. Des conventions spécifiques seront ensuite signées entre la Direction des équipements publics et les Aref en fonction des projets. Un comité de pilotage sera également mis en place.
    Cette année la tutelle prévoit la construction de quelque 141 établissements, dont 62 collèges (21 avec internat), 36 lycées, 9 écoles primaires, deux centres de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) à Ouarzazate et Tétouan, et 32 écoles communautaires. Ces écoles, destinées à remplacer les unités satellitaires de 2 ou 3 classes regroupant des élèves de plusieurs niveaux dans des régions reculées, présentent une offre plus intégrée. Elles contiennent à la fois des salles de cours, un internat, une cantine, des maisons de profs qui sont aussi mobilisés pour les cours de soutien, etc. Le concept a été lancé en 2009 afin de venir en aide aux enfants scolarisés dans des conditions difficiles en milieu rural. Cette année, le déficit en matière d’écoles communautaires est de 112 établissements, et il risque de se creuser dans les années à venir (voir tableau). Il est de 142 pour les collèges et de 124 pour les lycées, contre 19 pour les écoles primaires.
    Un programme de remplacement du préfabriqué (1.000 salles) est, en outre, au menu 2014.
    Tous ces chantiers seront financés à hauteur de 1,76 milliard de DH. Globalement, le budget d’investissement du MEN est de 4,98 milliards de DH (dont 1,98 milliard de crédits de paiement).
    Ahlam NAZIH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc