×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Analyse

    Logistique: Huit plateformes sur un millier d’hectares à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:4269 Le 06/05/2014 | Partager
    3.300 hectares à l’horizon 2030 sur l’ensemble du pays
    Une série d’études lancées par l’AMDL
    L’Observatoire opérationnel dès cette année

    Le schéma national des zones logistiques multiflux (ZLMF) prévoit la mise en place, en plus de la zone Mita en cours de développement par l’ONCF sur 32 ha, de huit ZLMF sur une superficie globale de 978 ha, couvrant l’ensemble des huit grands types de plateformes logistiques.

    Source: AMDL

    L’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL) ne perd pas son temps. Au bout d’un an à peine d’existence effective, l’AMDL décline aujourd’hui un ensemble d’actions afin de réaliser l’objectif de développement des zones logistiques au Maroc, soit 3.300 hectares à l’horizon 2030. L’action de l’AMDL en 2013 a porté sur la déclinaison du schéma national des zones logistiques exprimée en besoins d’assiettes foncières et en nature des flux à traiter en schémas régionaux. Tout un travail en amont qui a permis une planification à moyen et long terme à travers l’identification et la réservation de terrains pour les futurs développements logistiques des régions. Cet exercice se matérialise par la conclusion d’un ensemble de contrats d’application régionaux. Ces derniers visent à définir des schémas régionaux de zones logistiques permettant l’optimisation et la massification des flux inter-villes et constituent également des points de départ pour l’approvisionnement des espaces urbains, maillons finaux des chaînes logistiques.
    Dans cette optique, l’AMDL a préparé et lancé un appel d’offres relatif à la réalisation de l’étude pour la structuration de la logistique urbaine au Maroc. L’enjeu est de définir une vision à long terme (horizon 2030) ainsi que des plans d’actions à court et moyen termes pour le développement de la logistique urbaine.
    Ainsi, ce travail préalable a permis de préparer les projets de contrat d’application pour 8 régions: Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, Gharb-Chrarda-Beni-Hssen, Souss-Massa-Draâ, Tanger-Tétouan, Marrakech-Tensift-Al Haouz, Fès-Boulemane, Meknès-Tafilalet, et Oued Eddahab-Lagouira. «Les actions se poursuivront en 2014 en vue de la conclusion des contrats régionaux dans les plus brefs délais», assure une source de l’AMDL.
    Toutefois, un deuxième niveau de détail est nécessaire pour préciser davantage les besoins et les spécifications en termes d’immobiliers logistiques et pour définir les premiers projets de développement des plateformes.
    A cet effet, l’AMDL a préparé et lancé des appels d’offres relatifs à la réalisation d’études de marché et de structuration des projets des premières zones logistiques dans les pôles de Rabat-Kénitra, Tanger-Tétouan, Fès- Meknès, Oued Eddahab-Lagouira, Souss-Massa- Draâ et Marrakech-tensift-Al Haouz.
    Ces études visent notamment la détermination des besoins actuels et futurs en matière d’immobilier et de services logistiques dans ces pôles et la définition du projet de création de la première zone logistique à développer dans chacun des pôles susmentionnés et ce, des points de vue technique, environnemental, économique, institutionnel et financier.
    Au niveau du Grand Casablanca, le schéma national des zones logistiques multiflux (ZLMF) prévoit la mise en place, en plus de la zone Mita en cours de développement par l’ONCF sur 32 ha, de huit ZLMF sur une superficie globale de 978 ha, couvrant l’ensemble des cinq grands types de plateformes logistiques.
    Le déploiement de la stratégie logistique dans la région du Grand Casablanca comprend, outre le développement des plateformes logistiques sur des assiettes foncières à dominance publique, la mise en place d’un nouveau schéma opératoire portuaire avec la réalisation d’une connexion routière dédiée en plus de mesures pour la régulation du transport au niveau de la ville de Casablanca,  notamment la sortie et la circulation des porte-conteneurs et des camions poids lourds. A cet effet, la route maritime, sous forme de digue portuaire longue de 4,5 km, permettra un accès facile et fluide des camions et poids lourds au port de Casablanca sans besoin de traverser le périmètre urbain.

    -La plateforme de Zenata est la plus grande zone programmée dans le cadre du schéma national des zones logistiques multiflux (ZLMF) avec 323 hectares dédiés aux activités conteneurs, céréales, distribution et sous-traitance.
    La position stratégique de la zone de Zenata, située au carrefour des plus importants axes nationaux des réseaux de transport, sera renforcée par la réalisation d’une connexion routière efficiente la reliant au port de Casablanca.
    Le développement de la zone logistique de Zenata se fera conformément au contrat d’application relatif au développement des zones d’activités logistiques de la région du Grand Casablanca signé en 2010, sur la base du groupement des trois assiettes foncières publiques appartenant à l’Agence nationale des ports (ANP), à l’Office national des chemins de fer (ONCF) et à la Société nationale du transport et de la logistique (SNTL).
    Les travaux ont démarré en 2012 avec le développement de la première tranche de la zone logistique de Zenata par la SNTL sur 12 ha, actuellement en cours d’exploitation. La deuxième tranche qui comprend 10 entrepôts, de 6.000 m² chacun, a été achevée en décembre 2013.
    En matière de connectivité routière de la zone, les travaux de la partie maritime de la route reliant le port de Casablanca à la zone, réalisés par l’Agence nationale des ports, se sont poursuivis en 2013 et les études relatives à la section terrestre de cette connexion routière ont atteint un stade assez avancé.

    Développement de la zone
    Un accord de coopération a été conclu avec la Banque européenne d’investissement (BEI), dont l’objectif est de bénéficier d’une d’assistance technique pour la définition du projet de développement futur de la zone logistique multiflux de Zenata des points de vue technique, environnemental, économique, financier et organisationnel. Cette assistance technique prévoit les actions suivantes:
    • Une étude de marché avec évaluation des besoins logistiques
    • Un avant-projet sommaire (APS) de la zone logistique
    • Une étude d’impact environnemental
    • Détermination de la rentabilité économique et financière de la solution proposée et des solutions alternatives.
    • Définition du cadre institutionnel de coordination et de la démarche à suivre pour la réalisation de la zone logistique. La première réunion du comité de pilotage afférent à cette étude, associant l’ensemble des acteurs publics et privés concernés, a été tenue le 19 septembre 2013.

    -L’Observatoire de la compétitivité logistique (OMCL)
    Parmi les actions prioritaires pour l’AMDL en 2014, figure le lancement de l’Observatoire marocain de la compétitivité logistique (OMCL). Ses missions consistent à mesurer la performance des systèmes logistiques, garantir la veille et améliorer la compétitivité logistique et assurer la collecte d’informations sur le secteur, l’établissement et la publication de manière régulière d’indicateurs mesurant les progrès réalisés au niveau du secteur.
    Selon les termes du contrat-programme Etat-secteur privé, l’OMCL prendra la forme d’une association à but non lucratif financée par un apport de l’Etat et une contribution de la CGEM de l’ordre de 5 millions de DH par an.
    De même, un accord de coopération a été signé en septembre 2013 entre la Société financière internationale (IFC) du Groupe Banque mondiale et l’AMDL portant sur une assistance technique pour le développement du volet RH de l’OMCL à travers la conception et l’implémentation d’indicateurs relatifs à la formation et à l’emploi dans le secteur de la logistique. En attendant le démarrage effectif des activités de l’Observatoire, ce projet contribuera à instaurer les outils d’une meilleure adéquation entre l’offre et la demande en formation dans l’objectif de répondre pertinemment aux besoins du marché de l’emploi et de mieux orienter les jeunes vers les programmes et instituts de formation. Un montant de 8 millions de dirhams a été programmé par l’AMDL dans le budget 2014 pour la réalisation d’études relatives à la conception et la production d’indicateurs de suivi.
    Par ailleurs, l’OMCL bénéficiera des ressources humaines et financières de l’AMDL notamment pour les aspects systèmes d’information, sourcing, communication…

    Missions de l’AMDL

    L’Agence est un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière agissant sous la tutelle de l’Etat avec pour principalesmissions:
    • Réaliser les études stratégiques et les plans d’actions visant le développement  du secteur
    • Elaborer le schéma directeur des zones d’activités
    • Elaborer les études relatives aux projets de zones d’activités
    • Rechercher et identifier l’assiette foncière pour le développement des zones d’activités
    • Créer et développer des zones d’activités
    • Mettre en oeuvre la politique du gouvernement en matière de promotion de l’émergence d’opérateurs intégrés
    • Participer à l’élaboration des plans de formation
    • Assurer le suivi et la mesure du niveau d’efficacité et de performance des services.

    Aziza EL AFFAS

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc