×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique

    Terrorisme: Le Maroc paré contre la menace

    Par L'Economiste | Edition N°:4268 Le 05/05/2014 | Partager
    L’islam malékite, un rempart contre la radicalisation
    Intégration de la femme et emploi des jeunes, des boucliers
    Les conclusions du rapport du Département d’Etat américain

    EN matière de contre-terrorisme, le Maroc s’en sort plutôt bien. Le rapport 2013 du département d’Etat américain fait état d’une stratégie de lutte contre le terrorisme «complète», comprenant des «mesures de sécurité vigilantes, une coopération régionale et internationale, et des mesures contre la radicalisation». Pourtant, les menaces ne manquent  pas. Le rapport signale d’emblée que «l’instabilité et la mauvaise gouvernance en Afrique du Nord, la Syrie, l’Irak et le Yémen» continuent à avoir des conséquences sur toute la région, et surtout sur l’activité terroriste au Proche-Orient.
    Le rapport estime que l’islamisme est la première source de menace, notamment avec la multiplication des groupes liés au réseau d’Al-Qaida au Maghreb Islamique (AQMI). Entre autres objectifs de ces cellules en 2013, le recrutement des jeunes pour gonfler les rangs des djihadistes au Mali et en Syrie. Un véritable danger, surtout pour les jeunes.
    Pour contrer la menace terroriste, la stratégie marocaine relayée par le rapport du département d’Etat US repose sur trois piliers, dont une approche basée sur l’ordre et la loi, en étroite collaboration avec les Etats-Unis et d’autres partenaires régionaux et internationaux pour renforcer ses moyens. Le rôle de la DGSN et de la DGST est d’ailleurs fortement souligné. Le rapport fait aussi état d’une «accélération du déploiement des initiatives pour l’éducation et l’emploi des jeunes et le renforcement des droits et du pouvoir politique des femmes». Mais les analystes américains ne donnent pas la mesure de ces avancées sur le terrain. Le chômage des jeunes ne semble pas avoir été significativement résorbé, et le système de l’Education nationale semble toujours aussi fragile. 
    Le troisième pilier de la stratégie nationale contre le terrorisme repose sur la confirmation et l’institutionnalisation d’une large adhésion du Maroc à l’école malékite de l’islam sunnite. Les lectures ramadanesques, pendant lesquelles le Roi invite les imams à prôner une «interprétation pacifique de l’islam», jouent un rôle important. Le ministère des Habous et des Affaires religieuses a d’ailleurs développé un programme d’éducation pour près de 50.000 imams du Maroc suivant le courant malékite de l’islam sunnite. Le Conseil des Ulémas pour l’Europe et le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger ont entrepris des programmes similaires pour lutter contre la radicalisation des expatriés.
    Le rapport souligne tout de même que le conflit avec l’Algérie affaiblit la coopération entre les pays de la région, les deux Etats faisant partie du Partenariat Trans-Sahara et du Forum mondial contre le terrorisme. Les Etats-Unis et la Turquie, coprésidents du Forum, ont d’ailleurs dû rappeler Alger à l’ordre après sa tentative d’exclure le Maroc de ce Forum.

    Bonne pêche en 2013

    Parmi la demi-douzaine de coups de filets des autorités marocaines en matière de lutte contre le terrorisme en 2013 cités dans le rapport, figure celui de deux cellules des banlieues de Nador, reliées à des combattants au Mali et chargées d’envoyer de la chair à canon marocaine dans le Sahel. Le procès des 9 individus relevant d’Ansar al-Sharia, qui planifiaient des attaques contre de nombreux sites stratégiques dans différentes villes marocaines, selon le ministère de l’Intérieur, est aussi cité dans la liste non-exhaustive du département d’Etat. Les prévenus ont écopé d’une à six années de prison.

    Rime AIT EL HAJ

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc