×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Régions

    Oujda débat autour de la liberté fiscale

    Par L'Economiste | Edition N°:4268 Le 05/05/2014 | Partager
    Des spécialistes conviés aux XXes universités fiscales du printemps
    Assurer une masse stable de recettes pour financer les stratégies de développement

    Les concepteurs de l’élaboration des droits fiscaux sont-ils libres de leurs choix ou doivent-ils ménager les attentes sociales et exigences économiques?

    Oujda conforte sa position en tant que pôle de recherche et de proposition en fiscalité sur le plan international. Elle a organisé, du 2 au 3 mai, les vingtièmes universités fiscales de printemps, sous le thème de la liberté en droit fiscal. Une rencontre qui fait suite à une précédente tenue à la faculté de droit et qui a traité de l’autonomie financière territoriale face à la crise économique. 
    La fiscalité joue un rôle essentiel dans les différents programmes de développement. Elle fournit une masse stable de recettes pour financer les stratégies de développement. D’où la nécessité de la canaliser pour bâtir une économie prospère, attirer les entreprises, créer des emplois et éponger les effets négatifs de la  pauvreté. Ce sont les attentes exprimées par tous les intervenants en matière de croissance économique au niveau de l’Oriental. A travers ces rencontres, la contribution des économistes et fiscalistes marocains au renforcement du flux budgétaire de l’Etat et des régions est mise en avant, avec pour objectif de servir d'exemple afin d'instaurer des systèmes financiers transparents. Cela permet également aux opérateurs de bénéficier des expériences de spécialistes de renommée internationale, ainsi que le souligne Ahmed Elallali, président du comité d’organisation.
    Ces xxes universités fiscales permettront aux économistes, venus de plusieurs pays africains, européens et américains, de passer au peigne fin des thématiques qui font l’actualité. Il s'agit de s'interroger si les "législateurs" des droits fiscaux sont libres de leurs choix, si les droits fiscaux sont des droits de liberté pour les contribuables. Idem pour la relation avocat, juge et fisc qui est souvent discordante. D’autant plus que les réformes fiscales fondées sur le seul renforcement des impôts sur le revenu n’ont pas donné les résultats probants. C’est ce qu’a expliqué Khalid Maâroufi, président de l’association des chercheurs en droit des contentieux. Et d’enchaîner: "Il y a difficulté à concilier les attentes en ressources  fiscales et les inégalités des revenus". L’équation à résoudre est de savoir comment promouvoir la croissance dans la stabilité. Il est à rappeler que ces Xes universités fiscales de printemps sont organisées par la faculté des sciences économiques, sociales et juridiques de l’Université Mohammed Premier en partenariat avec l’Association des chercheurs en droit des contentieux. 

    Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc