×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie Internationale

    La Fed ferme petit à petit son robinet

    Par L'Economiste | Edition N°:4268 Le 05/05/2014 | Partager
    L’injection des liquidités sur le marché réduite de 10 milliards de dollars
    Aucune hausse du salaire minimum en perspective

     Le PIB américain n’a progressé que de 0,1% en rythme annualisé de janvier à mars.

    Source: Département du Commerce

    La Banque centrale américaine (Fed) a réduit une nouvelle fois son soutien monétaire à l’économie. En effet, le Comité de politique monétaire, présidé par Janet Yellen, a décidé de diminuer de dix milliards de dollars supplémentaires ses injections de liquidités dans le système financier. Destinées à soutenir la reprise, ces injections (sous forme d’achats d’actifs) s’élèveront désormais à 45 milliards de dollars mensuels.
    Yellen a fait savoir que si l’économie le permettait, elle entendrait «mettre un terme à l’aide exceptionnelle de la Fed à la reprise d’ici la fin de l’année». Mais il n’y a pas de quoi pousser des cris de joie puisque la conjoncture est en train de ralentir! La croissance a affiché au 1er trimestre un petit 0,1%, après un rebond de 2,6% au trimestre d’avant. Le département du Commerce attribue ce «coup de frein aux conditions hivernales exceptionnelles qu’a connues le pays». Par catégorie, les investissements des entreprises ont reculé de 2,1% et les investissements résidentiels sont en retrait de 5,7%. Quant aux exportations, elles ont plongé de 7,6%.
    Seules les dépenses de consommation se sont bien comportées (+ 3%) grâce notamment aux dépenses dans les services (électricité et chauffage…). Les dépenses de santé, elles, sont favorisées par le déploiement opérationnel du système Obamacare. Si la conjoncture est médiocre, les analystes cités par le cabinet de ressources humaines ADP, espèrent un bon résultat sur les chiffres de l’emploi et du chômage. Ils prévoient une réduction du taux de chômage à 6,6% contre 6,7% en mars. Les chiffres officiels du département du Travail ont fait référence à un taux au plus bas depuis près de six ans (6,3% en avril contre 6,7% en mars). L’économie a créé plus d’emplois que prévu à 288.000. Et pas de hausse du salaire minimum! Les démocrates, majoritaires au Sénat, n’ont pas réussi à atteindre le seuil de voix requis pour lancer l’examen de leur proposition de loi, visant à augmenter le salaire minimum horaire fédéral à 10,10 dollars l’heure contre 7,25 dollars. 
    F.  Z. T.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc